Benoist Apparu explique pourquoi il a mis fin au contrat de Philippe Pemezec

Alexandre Sulzer
— 
Benoist Apparu, le secrétaire d'Etat au Logement, le 3 mai 2010 dans les locaux de 20 minutes à Paris.
Benoist Apparu, le secrétaire d'Etat au Logement, le 3 mai 2010 dans les locaux de 20 minutes à Paris. — S.ORTOLA/20MINUTES

Benoist Apparu n’enfonce pas Philippe Pemezec mais le défend a minima. Le maire (UMP) du Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine) est soupçonné par la justice, selon lemonde.fr, d’avoir occupé un emploi fictif au sein du cabinet du ministre du Logement, à partir de 2008, grâce à l’intervention de Claude Guéant. Lemonde.fr indique que Benoist Apparu, qui a remplacé Christine Boutin à ce ministère en 2009, a mis fin au contrat de l’élu, «un an avant le terme prévu».

«Je n’avais plus besoin de ses services»

Interrogé par 20 Minutes, Benoist Apparu confirme avoir mis fin à ce contrat, sans préciser la date. «Il faut que je vérifie, je ne m’en souviens plus.» Mais l’ancien ministre ne lie pas cette fin de contrat à l’absence supposée de travail de Philippe Pemezec. «Il a exercé la mission qui lui était confiée: non pas un emploi de cabinet traditionnel qui consiste à faire des notes tous les jours, mais à rendre des rapports. A un moment donné, j’ai considéré que je n’avais plus besoin de ses services car il avait rédigé les rapports dont j’avais besoin, notamment lors de la réforme du prêt à taux zéro.»

«Un maire bâtisseur»

Benoist Apparu n’a-t-il pas constaté que les rapports rendus n’auraient été, comme l’indique lemonde.fr, que «de pâles plagiats de documents déjà existants»? L’ancien ministre ne répond pas sur le fond et constate que «si à chaque fois qu’il y a un mauvais rapport, il y a un emploi fictif alors on va avoir une quantité industrielle d’emplois fictifs». Sur son activité lorsque Christine Boutin était ministre, Benoist Apparu dit n’avoir aucune information et souhaite ne faire «aucun commentaire». Il remarque toutefois que «Philippe Pemezec est un maire bâtisseur» et que, ce n’est «donc pas stupide» de l’avoir intégré au sein du ministère du Logement.