Diffamation: Yannick Noah et Marine Le Pen face-à-face au tribunal

JUSTICE Le tennisman attaquait mardi en correctionnel la présidente du FN pour diffamation...

Alexandre Sulzer
— 
Yannick Noah porte plainte pour diffamation contre Marine le Pen.
Yannick Noah porte plainte pour diffamation contre Marine le Pen. — SIPA

C’est à un drôle de match, par avocats interposés, que se sont livrés mardi Marine Le Pen et Yannick Noah à la 17e chambre correctionnelle de Paris. Le tennisman, deuxième personnalité préférée des Français, attaque la présidente du FN, deuxième femme politique préférée des Français, pour diffamation. En cause, ses propos tenus le 28 mars 2012 au «Grand journal» de Canal+. La candidate à l’élection présidentielle accusait le people d’être un «exilé fiscal». «Cela veut dire qu’au lieu de payer des impôts en France, et bien, ce monsieur se permet de donner des leçons de morale, permet de donner des leçons de charité et de partage alors que lui, il ne partage rien, que son argent il est planqué et qu’il n’en fait pas profiter les malheureux Français», avait-elle déclaré.

Un simple contentieux avec l’administration fiscale

En guise de service, l’avocat de Yannick Noah, Me William Bourdon, dénonce «le plaisir, la gourmandise, la jouissance» avec lesquels Marine Le Pen a «porté atteinte à l’honneur» de son client. «Elle ne parle pas au conditionnel», observe celui qui demande 50.000 euros de dommages et intérêts. «Or, c’est radicalement faux et inexact.» Et le conseil de préciser que Yannick Noah fait bien l’objet d’un contentieux avec le fisc depuis 1996.

Un contentieux porté devant le Conseil d’Etat et qui n’est toujours pas tranché. Il «porte sur le fait d’avoir résidé alternativement en France et à l’étranger» (en l’occurrence en Suisse en 1993 et au début des années 2000) mais «on peut être exilé fiscal et ne pas planquer son argent», fait valoir Me Bourdon. Un argument en forme de smash repris par la substitut du procureur: «il faut distinguer l’exilé fiscal de celui qui fraude le fisc». Or, «dire que l’argent est planqué, ça veut dire que l’on cache l’argent au fisc». «La juxtaposition des termes porte atteinte à l’honneur» de Yannick Noah, conclut-elle.

Une simple «opinion politique»

Le retour de volée ne se fait pas attendre. Me Wallerand de Saint-Just, avocat de Marine Le Pen, observe qu’à aucun moment sa cliente aurait dit que le tennisman a «violé la loi». «Exilé fiscal n’est pas diffamatoire», remarque-t-il, de concert avec le ministère public. Selon lui, Yannick Noah «a fait tout ce qu’il fallait pour ne pas payer ses impôts en France», une posture «en contradiction» avec son soutien à François Hollande et sa proposition de taxe à 75%. «Ceci est une opinion politique, pas une imputation diffamatoire.» Le jugement sera rendu le 25 juin. Avant un second set dans trois semaines qui opposera cette fois Yannick Noah au sénateur Pierre Charon. Celui-ci l’avait accusé d’être un «délinquant fiscal» et «un fraudeur».