Réduction des vacances d'été: Selon un sondage, la proposition recueillerait 63% d'opinions favorables

EDUCATION Deux parents d'élèves sur trois favorables à une réduction de deux semaines des vacances d'été...

avec AFP

— 

Vincent Peillon à Bourges, le 15 février 2013.
Vincent Peillon à Bourges, le 15 février 2013. — SOUVANT GUILLAUME/SIPA

Deux parents sur trois (63 %) sont favorables à une réduction des vacances d'été au-delà de deux semaines et à des devoirs faits à la maison, selon un sondage publié ce vendredi, à l'issue du congrès de la Peep (fédération des Parents d'élèves de l'enseignement public), qui s'est tenu à Dijon (Côte-d'Or).

63% des parents favorables à une réduction des vacances d'été

Pourquoi réduire les vacances d'été? Pour «renforcer les connaissances» des élèves, en respectant l'équilibre de «7 semaines de classe/2 semaines de vacances» recommandé par les chronobiologistes, indique le sondage.Ils sont 43 % à souhaiter des vacances d'été réduites de deux semaines, mais 18 % sont même favorables à une réduction comprise entre trois et cinq semaines, selon le sondage réalisé en février auprès de 5.781 parents d'élèves scolarisés.

"Je suis très surprise que les parents se prononcent favorablement à une réduction des vacances d'été au delà de 15 jours alors que l'on avait l'habitude de les voir accepter une réduction d'une semaine ou 2 semaines pour des raisons d'organisation», a dit à l'AFP Valérie Marty, réélue à la tête de la deuxième fédération, qui revendique 220.000 familles adhérentes.

25 % des parents se satisfait de la situation actuelle, soit huit semaines de congés

Le ministre de l'Education Vincent Peillon préconise une réduction des vacances d'été à six semaines réparties en deux zones, mais le débat n'ouvrirait pas avant 2015. Les réponses apportées aux questions sur les devoirs constituent une autre «surprise» pour Valérie Marty.

71% des parents considèrent que «les devoirs sont importants»

Pour 71 % des personnes interrogées, "les devoirs sont importants" (29 % "très importants" et 42 % "assez importants"). Ils sont 60 % à estimer que les devoirs doivent être faits à la maison.L'attachement des parents aux devoirs à la maison «n'est pas neuf mais je ne m'attendais pas à ce qu'ils soient aussi nombreux à le souhaiter», a dit Valérie Marty.Les devoirs à la maison ont été supprimés en 1956 dans le primaire, mais c'est une pratique qui perdure, malgré des doutes sur leur efficacité et les critiques sur l'injustice qu'ils représentent pour les familles défavorisées. François Hollande s'est dit favorable aux devoirs faits dans l'école.

Sur la réforme des rythmes scolaires instaurant le retour à la semaine de 4,5 jours en 2013 ou 2014, «les parents ne comprennent pas en quoi elle va aider les apprentissages puisque l'enfant va passer le même temps à l'école et qu'on lui rajoute une demi-journée», a-t-elle dit. Pour 64 % des personnes interrogées, «la demi-journée ne permet pas un meilleur apprentissage» et 75 % estiment qu'elle «ne permet pas une meilleur gestion de la fatigue».