La cérémonie du 8-Mai débute sur les Champs-Elysées à Paris

COMMEMORATION La Pologne est l'invitée de la France pour cette occasion...

avec AFP

— 

François Hollande et le président polonais Bronislaw Komorowski déposent une gerbe sur la tombe du soldat inconnu, à Paris, le 8 mai 2013.
François Hollande et le président polonais Bronislaw Komorowski déposent une gerbe sur la tombe du soldat inconnu, à Paris, le 8 mai 2013. — MICHEL EULER / POOL / AFP

Les cérémonies nationales du 8 mai, commémorant la victoire sur le nazisme à l'issue de la Seconde Guerre mondiale, ont débuté ce mercredi vers 10h40 avec l'arrivée du chef de l'Etat en bas des Champs-Elysées où il a déposé une gerbe au pied de la statue du général de Gaulle.

Il s'agit du deuxième 8 mai du président François Hollande depuis son élection. L'an dernier, il avait participé aux célébrations au côté du président sortant, Nicolas Sarkozy, qui était encore en fonctions jusqu'au 15 mai.

Cérémonie sur la tombe du soldat inconnu

François Hollande sera cette année accompagné du président polonais Bronislaw Komorowski, invité des célébrations.

Sous un temps pluvieux comme l'an dernier, le président Hollande doit remonter les Champs-Elysées jusqu'à la place de l'Etoile où il passera les troupes en revue, avant la traditionnelle cérémonie sur la tombe du soldat inconnu. Le chef de l'Etat ne doit pas prendre la parole à cette occasion.

Une commémoration rétablie par Mitterrand


Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, de nombreux ministres, les chefs des armées et les représentants de nombreux pays participent aux cérémonies.

Les célébrations commémorent la capitulation sans condition de l'Allemagne nazie le 8 mai 1945, après cinq ans du conflit le plus meurtrier de l'histoire. Jour férié depuis 1953, le 8 mai s'est peu à peu imposé comme la date symbolique de la fin de la Seconde Guerre mondiale, comme le 11 novembre pour le premier conflit.

En 1975, le président Valéry Giscard d'Estaing avait supprimé les commémorations au titre du rapprochement avec l'Allemagne, mais elles ont été rétablies en 1981 par le président François Mitterrand et ne sont plus remise en cause depuis.