Un ex-conseiller de Christine Lagarde soupçonné d'avoir modifié le tracé LGV

ENQUÊTE a ligne devait passer dans le jardin de sa mère...

M.Gr.

— 

Un train à grande vitesse de la compagnie SNCF
Un train à grande vitesse de la compagnie SNCF — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

François-Gilles Egretier, l'ex-collaborateur du cabinet du ministère de l'Économie, vient d'être mis en examen pour prise illégale d'intérêt par le juge Renaud Van Ruymbeke, rapporte le journal Sud Ouest ce mardi.

L'homme est soupçonné d'avoir usé de sa position de dépositaire d'une autorité publique pour modifier le tracé de la LGV Bordeaux-Espagne. Et de protéger ainsi son patrimoine familial. Car le fuseau nord de la LGV d'Uchacq-et-Parentis, dans les Landes, devait passer par le jardin de sa mère, détaille le quotidien Sud Ouest.

Nouveau tracé 3 kilomètres plus au nord

Il y a trois ans, lorsque l’État et les collectivités valident le projet de fuseau LGV sur la petite commune d’Uchacq-et-Parentis, soixante maisons sont impactées. Dont cette demeure bourgeoise au lieu dit Lachinoy, qui appartient à la mère de François-Gilles Egretier.

Sauf que, quelques mois plus tard, Réseau ferré de France revient sur sa décision et valide un tracé qui passe 3 kilomètres plus au nord, épargnant ainsi le jardin de la demeure familiale, mais pas celui de quinze autres maison, dont les propriétaires décident de porter plainte, détaille Sud Ouest.

Et c'est la gazette communale qui a fourni une piste au magistrat pour conduire ses investigations. «Suite à l’intervention d’un habitant de la commune qui s’est rappelé aux bons soins de M. François Fillon, son cabinet répond faire suivre à Dominique Bussereau en lui demandant de procéder à un examen attentif de ce dossier» y écrit le maire d’Uchacq-et-Parentis, Jean-Claude Lalagüe, en février 2010 au sujet du nouveau tracé, rapporte Sud Ouest. Et de conclure: «Merci à M. Egretier, notre antenne parisienne.»

Le juge suspecte donc le jeune conseiller d’avoir transmis la motion proposant un nouveau tracé au cabinet de Dominique Bussereau. Et d’avoir obtenu, après une prise de contact avec le directeur de RFF, la tenue d’une réunion avec l’établissement public au cours de laquelle serait débattue la possibilité d’un nouveau tracé.