Mali: Un sixième soldat français tué au combat

CONFLIT L'homme faisait partie du 1er régiment de parachutistes d’infanterie de marine de Bayonne...

M.Gr.

— 

Des soldats français près de Douentza (Mali), le 7 février 2013.
Des soldats français près de Douentza (Mali), le 7 février 2013. — D.LEWIS / REUTERS

Dans un communiqué, l'Elysée annonce la mort au combat d’un équipier commando du 1er régiment de parachutistes d’infanterie de marine de Bayonne (Pyrenees Atlantiques). Le caporal-chef Stéphane Duval, âgé de 32 ans, a trouvé la mort en début d’après-midi dans le nord-est du pays, entre Tin Zaouaten et Boughessa, précise le ministère de la Défense.

Le véhicule léger dans lequel il circulait a sauté sur un engin explosif. Dans l’explosion, deux autres soldats français ont également été grièvement blessés. Ils ont été évacués immédiatement par hélicoptère vers Tessalit. Leurs pronostics vitaux ne sont pas engagés.

Sixième militaire français tué au Mali

Ce décès est survenu «dans le cadre des nombreuses opérations de sécurisation pilotées par l’armée française et qui ont pour objectif d’affaiblir les groupes terroristes en les poursuivant sans relâche et en détruisant toute leur logistique», annonce Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, dans un communiqué.

Le chef de l’Etat a de son côté adressé à la famille et aux proches de la victime ses plus sincères condoléances et leur témoigne le respect de toute la Nation. «Le président de la République a appris avec une grande tristesse la mort au combat d'un équipier commando du 1er régiment de parachutistes d'infanterie de marine de Bayonne», peut-on lire dans le communiqué de la présidence.

Il s'agit du sixième militaire français tué au Mali depuis le début de l'opération Serval, le 11 janvier. La France a amorcé un retrait progressif de ses quelque 4.000 soldats. Ils ne seront plus qu'environ 2.000 à la fin de l'été, a indiqué ce lundi le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.