Des recours examinés jeudi dans l'affaire Bettencourt

Avec Reuters

— 

La justice examinera jeudi des recours déposés contre la régularité de la procédure dans le volet de l'affaire Bettencourt pour lequel Nicolas Sarkozy est mis en examen. L'avocat de l'ancien chef de l'Etat, mis en examen pour abus de faiblesse à l'encontre de la milliardaire, sera présent à la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bordeaux, toutes les parties susceptibles de contester la régularité de la procédure pouvant être entendues lors de la même audience.

«Je ne laisserai pas passer l'examen de la régularité de la procédure sans m'en mêler et je serai présent à cette audience», a dit Me Thierry Herzog à Reuters la semaine dernière. L'avocat n'avait cependant pas déposé la moindre demande mercredi en début d'après-midi.

Abus de faiblesse et escroquerie

L'homme d'affaires Stéphane Courbit, mis en examen pour escroquerie et recel d'abus de faiblesse dans ce volet de l'affaire Bettencourt, et l'avocat Pascal Wilhelm, mis en examen pour abus de faiblesse et escroquerie, sont à l'origine de cette audience. Ils demandent l'annulation de leur mise en examen.

Tous deux sont poursuivis dans le cadre d'un investissement de 143 millions d'euros fait entre fin 2010 et début 2011 par Liliane Bettencourt dans les sociétés de Stéphane Courbit, sur les conseils de Me Wilhelm. L'héritière de L'Oréal, aujourd'hui âgée de 90 ans, a été jugée en état de faiblesse depuis 2006 par une expertise.

Le photographe François-Marie Banier et son compagnon Martin d'Orgeval contesteront de leur côté les conditions dans lesquelles ils ont subi une expertise psychologique en décembre dernier.