Bahreïn dit avoir déjoué des attentats avant le GP de Formule 1

Avec Reuters

— 

Les forces de sécurité de Bahreïn ont déjoué des attaques et découvert des caches d'armes contenant notamment 1.000 cocktails Molotov dans les jours précédant le Grand Prix de Formule Un, dimanche dernier, rapportent mardi les médias officiels. Le royaume, où la majorité chiite réclame depuis deux ans des réformes démocratiques à la famille royale sunnite, n'a pas connu cette année de manifestations de l'ampleur de celles qui avaient perturbé la course automobile l'an dernier.

Mais la tension reste vive dans les villages qui entourent la capitale Manama, où des affrontements ont éclaté entre manifestants et force de l'ordre la semaine dernière. L'opposition voit dans le Grand Prix de F1 une opération d'auto-promotion de la part de la famille régnante des Khalifa. Cette dernière demande que la course disputée sur le circuit de Sakhir, à 30 km au sud-ouest de Manama, ne soit pas «politisée». Selon des organisations des droits de l'Homme, comme Amnesty International et Human Rights Watch, des dizaines d'opposants et de manifestants ont été arrêtés avant la course, ce que nie le gouvernement.

Les forces de sécurité ont «déjoué un certain nombre de complots terroristes visant à perturber la vie quotidienne, (...) porter atteinte à l'image du pays et commettre des attentats contre la police», a dit un responsable de la sécurité, le général Tarik Al Hassan, cité par l'agence de presse officielle BNA. La police a saisi 1.000 cocktails Molotov, 19 bombes factices, des pistolets artisanaux et des balles, a-t-il précisé.