Redoine Faïd: Le scénario de son évasion spectaculaire

FAITS DIVERS «20 Minutes» revient sur les différentes étapes de sa fuite...

Corentin Chauvel

— 

Des enquêteurs devant une porte de la prison de Sequedin détruite à  l'explosif lors de l'évasion de Rédoine Faïd, le 13 avril 2013.
Des enquêteurs devant une porte de la prison de Sequedin détruite à l'explosif lors de l'évasion de Rédoine Faïd, le 13 avril 2013. — M. LIBERT / 20 MINUTES

Deux jours après l’évasion spectaculaire de Redoine Faïd, de nombreuses questions sont soulevées sur la réussite de son opération. 20 Minutes revient sur le scénario précis et efficace mené par le braqueur.

Le lieu

Redoine Faïd, 40 ans, était emprisonné à la prison de Sequedin (Nord) depuis juin 2011 pour ne pas avoir respecté les mesures d'une libération conditionnelle après ses multiples braquages. L’établissement pénitentiaire est ouvert depuis avril 2005.

La prise d’otages

L’évasion de Redoine Faïd a débuté samedi par une prise d’otages. Vers 8h, il se rend au parloir pour une visite de son frère. Mais à 8h30, avant même que ce dernier ne puisse le voir, le détenu prend en otages quatre membres du personnel pénitentiaire à l’aide d’une arme à feu. L’enquête doit permettre de comprendre comment il a pu se la procurer. Par ailleurs, s’il a agi seul au sein de la prison, l’ancien braqueur aurait bénéficié d’une aide indirecte de plusieurs codétenus qui, alors en promenade, ont refusé de réintégrer leur cellule, mobilisant du personnel.

La sortie explosive

Avant de pouvoir sortir de la prison, Redoine Faïd a cinq portes à passer. En l’espace de trente minutes, il les franchit une à une en compagnie de ses otages grâce à des explosifs qu’il détenait sur lui. Là encore, il faudra déterminer comment on les lui a fournis, sans doute à l’aide de mouchoirs. A 9h, il est dehors.

La fuite en voiture

Un véhicule l’attend à la sortie de la prison, conduit par un complice. Il s’y engouffre en compagnie de ses quatre otages qui seront relâchés un par un le long de son premier itinéraire. Un premier descend peu après le départ de la prison, puis un deuxième un peu plus loin sur un pont. Les deux derniers otages sont relâchés sur la RN 41.

Le changement de véhicule

Une fois tous les otages dans la nature, Redoine Faïd et son complice stoppent leur voiture sur l’A25, près de Ronchin, et la brûlent. Un second véhicule les attendait pour poursuivre leur fuite. Ils sont depuis samedi matin dans la nature. Ses dernières cavales l’avaient mené en Belgique, toute proche, en Algérie, en Espagne, en Suisse et en Israël.