Redoine Faïd, un braqueur «héros» de son quartier d'origine

ÉVASION Creil, où il vivait, le braqueur est vu comme un «guerrier» par certains habitants...

A Creil (Oise), W. M.

— 

Redoine Faïd a passé une partie de son enfance dans cette cité de Creil.
Redoine Faïd a passé une partie de son enfance dans cette cité de Creil. — VINCENT WARTNER / 20 Minutes

«Un loup en fuite», «un guerrier», «un héros»… Dimanche, les éloges pleuvaient dans le quartier d'origine de Redoine Faïd pour décrire le braqueur de 40 ans en cavale depuis samedi matin. Rue Guynemer, à Creil (Oise), où il avait emménagé avec sa famille en 1975 dans un appartement HLM de 120m², le malfrat qui se disait repenti est érigé en figure du quartier. «On n'a qu'une seule personne connue ici. C'est lui, explique un garçon. Nous, les jeunes, on ne le connaît pas vraiment car il n'est pas de notre génération, ajoute-t-il. Mais c'est un peu un mythe. Il a mis en avant le quartier Guynemer!» 

«Personne n'ira le dénoncer» 

C'est à Creil, ville de 35.000 habitants, que le spécialiste des attaques de fourgons blindés, surnommé «Doc», fait ses premières armes et qu'il aurait aussi, selon les enquêtes de police, abondamment recruté. «S'il a besoin de dormir une nuit ou deux par ici, vous pouvez être certain que personne n'ira le dénoncer. Ce sera même un honneur pour ses amis de le recevoir», lâche une jeune maman qui se présente comme une ancienne membre de la famille Faïd.

Sur le plateau Rouher, un autre quartier de Creil où le braqueur a habité, des trentenaires profitent du soleil. «C'est fort, reconnaît l'un d'entre eux. Ce qu'il a fait, c'est encore plus que Heat», s'exclame-t-il en référence au film de Michael Mann, dont le braqueur est fan.

Mais d'autres prennent la mesure de la difficulté d'une cavale. «Il va devoir vivre avec l'angoisse de se faire arrêter, estime un garçon croisé près de la gare. A sa place, je crois que j'aurais préféré encaisser les années de prison. Puis reconstruire ma vie.» Ce que Redoine Faïd avait annoncé vouloir faire après la publication en 2010 d'un livre où il exprimait des regrets.