La carte de France de la lutte contre l'homophobie

EXCLUSIF Les mairies classées par le comité Idaho, selon leurs efforts en matière de lutte contre l'homophobie...

Vincent Vantighem et Mathieu Gruel

— 

Paris est l'une des quatre municipalités à obtenir une note supérieure à la moyenne, dans le classement des cinquante plus grandes municipalités françaises en matière de lutte contre l’homophobie
Paris est l'une des quatre municipalités à obtenir une note supérieure à la moyenne, dans le classement des cinquante plus grandes municipalités françaises en matière de lutte contre l’homophobie — Capture Google Maps

Mardi soir, le Sénat a adopté l’article premier du projet de loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe. Cela ne réglera pas tous les problèmes des homosexuels.

Pour la première fois, le comité Idaho -organisateur de la journée mondiale de lutte contre l’homophobie- et le think tank République et diversité ont établi le classement des cinquante plus grandes municipalités françaises en matière de lutte contre l’homophobie. «Et les résultats sont accablants», se désole Louis-George Tin, président du comité Idaho. Selon l’enquête, seules quatre mairies obtiennent une note supérieure à la moyenne de 50 points sur 100.

Un vrai clivage droite - gauche

«Célébrez-vous des Pacs en mairie?», «Participez-vous à la Marche des fiertés?», «La police municipale est-elle formée à la lutte contre l’homophobie?»… Pour établir le classement, les militants associatifs ont commencé par envoyer un questionnaire aux municipalités. Ensuite, ils se sont rendus dans les villes pour vérifier les réponses. «Certains nous ont menti, avoue Louis-Georges Tin. Mais le pire, ce sont ceux qui n’ont même pas daigné répondre… »

Le palmarès laisse aussi apparaître un vrai clivage droite-gauche. Hormis Nancy (4e), dirigée par le radical André Rossinot, il faut descendre jusqu’au 21e rang pour trouver une ville de droite (Nice). En revanche, dans le bas du tableau, l’UMP fait carton plein en trustant les huit dernières places. «A un an des municipales, c’est un signal pour les électeurs, lâche Louis-Georges Tin. Si cela peut inciter les mairies à échanger sur les bonnes pratiques…»

Adjoint (PS) en charge de la lutte contre les discriminations à Strasbourg (Bas-Rhin), Mathieu Cahn a déjà commencé. «Nous pensions faire déjà beaucoup, confie-t-il. Mais nous nous sommes aperçus que nous pouvions nous inspirer d’autres initiatives, notamment en discutant avec les élus de Nancy.» Il vaudrait mieux: Idaho et République et Diversité ont prévu de renouveler leur enquête tous les deux ans.

Cliquez sur les villes pour retrouver le détail du classement et les commentaires du comité Idaho:



Légende: Vert (Plus de 50 points / 100) - Jaune (Entre 20 et 50 points / 100) - Orange (Entre 10 et 20 points / 100) - Rouge (Entre 0 et 10 points) - Noir (Moins de 0 point / 100)

Si la carte ne s'affiche pas, cliquez ici