Accusé du meurtre d'une étudiante australienne, Araujo da Silva nie de nouveau en appel

S. B. avec AFP

— 

Poursuivi pour le meurtre, en 2001 aux Mureaux (Yvelines), de Jeanette O'Keefe, une étudiante australienne, Adriano Araujo da Silva a de nouveau nié les faits ce mardi au premier jour de son procès en appel, accusant les policiers de l'avoir «manipulé» pour qu'il avoue.

Le 2 janvier 2001 à la cité des Musiciens aux Mureaux (Yvelines), un promeneur découvre sur un parking le corps de cette jeune Australienne de 28 ans, venue étudier le français dans notre pays. La victime, violemment frappée à la tête et morte par étranglement, est enveloppée dans un duvet. Sous ses ongles, une empreinte ADN inconnue, que les policiers de la brigade criminelle mettront huit années à identifier.

Rattrapé huit ans après par son ADN

Début 2009, après un prélèvement effectué dans une banale affaire de violence, il est établi que ce profil génétique est celui d'Adriano Araujo da Silva, un Français d'origine brésilienne de 36 ans, domicilié à l'époque dans le quartier. L'homme, connu pour quelques délits, fera des aveux détaillés en garde à vue, devant la PJ de Versailles, avant de se rétracter en cours d'instruction.

La justice soupçonne Araujo da Silva d'avoir abordé sa victime dans le RER, profitant de sa vulnérabilité pour l'attirer chez lui, et de l'avoir tuée alors qu'elle se refusait à lui.