Jean-Pierre Kucheida jugé pour abus de biens sociaux

JUSTICE Il est soupçonné d'avoir utilisé à ses fins personnelles une carte bleue d'un bailleur social...

avec AFP

— 

Jean-Pierre Kucheida, ancien député socialiste du Pas-de-Calais et maire de Liévin (62), comparaît le 9 avril 2013 avec sa fille Marie en audience correctionnelle au tribunal de Douai. Ils sont tous deux accusés d'abus de biens sociaux.
Jean-Pierre Kucheida, ancien député socialiste du Pas-de-Calais et maire de Liévin (62), comparaît le 9 avril 2013 avec sa fille Marie en audience correctionnelle au tribunal de Douai. Ils sont tous deux accusés d'abus de biens sociaux. — M.LIBERT/20 MINUTES

L'ancien député-maire socialiste de Liévin (Pas-de-Calais), Jean-Pierre Kucheida, et sa fille sont jugés mardi par le tribunal correctionnel de Douai (Nord) pour abus de biens sociaux auprès d'un bailleur social, la Soginorpa, que présidait l'ancien baron du bassin minier.

Ce procès intervient à un mauvais moment pour le PS, en pleine tourmente de l'affaire Cahuzac, et risque d'alourdir le climat de suspicion qui pesait déjà sur les élus, même si Jean-Pierre Kucheida avait été exclu du PS en mai 2012 pour candidature dissidente aux dernières élections législatives.

Jean-Pierre Kucheida, qui avait été éliminé dès le premier tour des législatives, puis qui avait cédé son fauteuil de maire en janvier, est soupçonné d'avoir utilisé à des fins personnelles pour quelque 47.000 euros la carte bleue de la Soginorpa, qui gère environ 62.000 anciens logements miniers.

Visé par d'autres procédures

Il est également reproché à l'ancienne figure du PS dans le bassin minier d'avoir utilisé une carte d'essence d'un véhicule de fonction de la Soginorpa pour un usage professionnel sans lien avec cette société et le paiement présumé d'une somme de 12.000 euros de la Soginorpa à sa fille par l'intermédiaire d'une association. Cette dernière, Marie, comparaît pour recel d'abus de biens sociaux et encourt comme son père cinq ans d'emprisonnement et 375.000 euros d'amende.

Une enquête avait été ouverte en mars 2012 à la suite d'une dénonciation des commissaires aux comptes de la Soginorpa le mois précédent.

Pour Jean-Pierre Kucheida, qui avait quitté la présidence du bailleur social en juin, ces dépenses «faites au service de la Soginorpa» sont «justifiées». «Je n'ai strictement rien à me reprocher», avait déclaré Jean-Pierre Kucheida à l'issue de sa garde à vue, le 17 octobre, dénonçant des «cochonneries», des «calomnies» qui l'ont «déshonoré, sali» après «41 ans de vie politique au service du bassin minier».

L'ancien baron socialiste est également visé par deux informations judiciaires et une enquête préliminaire, concernant notamment des irrégularités dans l'attribution de marchés publics dans le Pas-de-Calais.