Sondage: La lutte contre le chômage, la plus urgente priorité pour 4 Français sur 5

avec AFP

— 

Face à la hausse continue du chômage depuis près de deux ans, le gouvernement écarte toute "résignation" alors que le nombre d'inscrits à Pôle emploi en février, attendu à 18H00, pourrait établir un nouveau record après le pic de 1997 (3,195 millions).
Face à la hausse continue du chômage depuis près de deux ans, le gouvernement écarte toute "résignation" alors que le nombre d'inscrits à Pôle emploi en février, attendu à 18H00, pourrait établir un nouveau record après le pic de 1997 (3,195 millions). — Fred Dufour AFP

La lutte contre le chômage apparaît plus que jamais comme la priorité des priorités pour les Français, 79% d'entre eux la considérant comme «tout à fait prioritaire», loin devant la réduction de la dette publique, selon un sondage Ifop pour Dimanche Ouest-France. En septembre, la lutte contre le chômage n'était jugée prioritaire que par 70% des sondés. En août 2011, le taux s'élevait à 59%. Elle est aujourd'hui en tête des priorités quelle que soient les sympathies politiques des personnes interrogées, relève l'institut. A l'inverse, si près de neuf personnes interrogées sur dix expriment leur inquiétude à l'égard du déficit public et de la dette de l'Etat (87%), la réduction de la dette publique n'est plus jugée prioritaire que par 48% des sondés, contre 51% en septembre et 57% en février 2012.

La santé arrive au deuxième rang des priorités du panel (58%, inchangé), suivie de la lutte contre la délinquance (54%, -3 points) et de l'éducation (53%, inchangé). La protection de l'environnement n'est en revanche jugée prioritaire que par 29% des sondés (inchangé). La France a enregistré en février un 22e mois consécutif de hausse du chômage, avec 3.187.700 inscrits sans activité en métropole, frisant le record de janvier 1997 (3,195 millions). Sondage réalisé du 3 au 6 avril auprès d'un échantillon de 1.505 personnes «représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus», interrogé par internet, selon la méthode des quotas.