Affaire Bettencourt: Le parquet dément avoir pris la moindre décision concernant Nicolas Sarkozy

JUSTICE Le réquisitoire devrait avoir lieu d'ici trois mois...

F.F.

— 

Nicolas Sarkozy, le 26 novembre 2012
Nicolas Sarkozy, le 26 novembre 2012 — Benoit Tessier/Reuters

Le parquet de Bordeaux dément, ce vendredi dans un communiqué, avoir pris la moindre décision concernant Nicolas Sarkozy dans l'affaire Bettencourt, rapporte Sud Ouest.  Le parquet indique ainsi «n'avoir pris aucune décision quant à l'orientation des réquisitions».

«La procédure, comportant plusieurs milliers de pièces, étant communiquée depuis le 28 mars 2013 (soit depuis seulement huit jours), celle-ci doit faire l’objet d’une analyse détaillée et ce n’est qu’au terme de celle-ci et dans le délai indiqué dans le précédent communiqué du 28 mars 2013 que le ministère public se déterminera quant au sens de ses réquisitions», conclut le communiqué.

 

 

Ce démenti vient contredire une information du Parisien qui annonçait, jeudi, que le parquet de Bordeaux (Gironde) était sur le point de requérir un non lieu concernant Nicolas Sarkozy, mis en examen la semaine dernière pour abus de faiblesse envers Liliane Bettencourt.

Toujours selon le quotidien, le rapport du procureur de la République de Bordeaux était arrivé jeudi sur le bureau de la Direction des affaires criminelles et des grâces du ministère de la Justice. Le réquisitoire du parquet devrait intervenir d'ici trois mois.

Deux visites en février 2007?

Nicolas Sarkozy a été entendu par le juge Gentil le 21 mars dernier. Pendant ces neuf heures d'audition concernant deux visites à Liliane Bettencourt en 2007 afin de financer sa campagne présidentielle, l'ex-président a été confronté à différents témoins. Nicolas Sarkozy affirmait alors n'avoir rendu qu'une seule visite à l'héritière de L'Oréal fin février 2007.

Des affirmations qui n'avaient pas convaincu le juge, persuadé que l'ancien chef d'Etat avait rendu visite une première fois à Lilianne Bettencourt début février afin de récuperer une enveloppe pleine d'argent liquide.

Le parquet doit indiquer qui doit être renvoyé devant des juges, mais ceux-ci n'ont pas l'obligation de suivre ses recommandations.