Des peines allant jusqu'à 7 ans ferme dans le premier procès «shitland»

avec AFP

— 

Le tribunal correctionnel de Créteil a prononcé ce jeudi des peines allant de 12 mois avec sursis à 7 ans ferme dans le premier procès consacré à «shitland», ex-supermarché du cannabis situé dans la cité des Boullereaux à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne).

 

Pendant des années, ce fut l'un des supermarchés du cannabis en banlieue parisienne: le premier procès consacré à «Shitland», la cité des Boullereaux à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), s'est ouvert mardi à Créteil.

Du guetteur à la tête de réseau en passant par les «nourrices» chargées de stocker la drogue, 21 personnes sont renvoyées jusqu'au 5 avril devant le tribunal correctionnel de Créteil pour leur implication présumée dans ce réseau de trafic d'herbe et de résine de cannabis. Ce premier procès sera suivi la semaine prochaine d'un second acte, correspondant à un deuxième coup de filet policier.

Quarantaine de personnes poursuivies

En tout, ce sont près d'une quarantaine de personnes, interpellées en 2010 et 2011, qui sont poursuivies. Parmi elles, les membres d'une même famille soupçonnés d'être au coeur du trafic. Sur les 21 prévenus cités à comparaître, six manquaient mardi à l'appel, notamment deux de ses organisateurs présumés.

«Il n'y a pas de réseau et de grande organisation (...). C'est une construction intellectuelle», a protesté Me Matthieu Conquy, l'un des avocats de la défense. Sur la même ligne, l'un des prévenus a minimisé à la barre l'importance du trafic: «C'était un point de vente comme un autre». «On n'est pas à Marseille», a-t-il ajouté.

Parties communes dégradées, appartements squattés, peur des représailles, contrôles permanents des allers et venues: les habitants de la cité ont pourtant vécu sous le joug des trafiquants à la tête d'un juteux commerce, drainant 7 jours sur 7 une centaine de clients en moyenne pour un chiffre d'affaires pouvant grimper jusqu'à 30.000 euros par jour.