Une officine de production de faux documents démantelée en Seine-Saint-Denis

William Molinié

— 

Illustration passeports.
Illustration passeports. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Un important réseau de faussaires a été démantelé en début de semaine en Ile-de-France par les policiers, a appris 20 Minutes ce jeudi auprès de l'Office central pour la répression de l'immigration irrégulière et de l'emploi d'étrangers sans titre (OCRIEST). Agissant sur commission rogatoire délivrée par un juge d’instruction de Pontoise (Val-d’Oise), les policiers ont interpellé lundi et mardi douze individus. Onze d’entre eux étaient toujours en garde à vue ce jeudi, cinq doivent être déférés dans la journée et six vendredi.

Le principal organisateur a été surpris en flagrant délit par les policiers alors qu’il venait de remettre à un de ses clients trois faux passeports, en échange d’argent. Ce faussaire, soupçonné d’être à la tête de cette organisation, se livrait à une production intensive de faux documents dans un pavillon de Seine-Saint-Denis, en pleine ville. Lors des perquisitions, les policiers ont retrouvé des faux documents, des passeports contrefaits, des timbres fiscaux, des faux justificatifs, des fausses fiches de paie.

Activité soutenue

« Quand la charge de travail était trop importante, il déléguait son activité à des cellules autonomes de faussaires intermédiaires qui ont eux aussi été arrêtés », a indiqué à 20 Minutes Anne-Laure Arassus, adjointe au chef de l’OCRIEST.

Une fois les faux documents fabriqués, ils étaient revendus et servaient principalement à alimenter la constitution de dossiers pour se procurer de vraies cartes d’identité. «Les justificatifs pouvaient aussi permettre l’ouverture de crédits en tous genres, comme ceux à la consommation. D’autres aussi servaient pour des demandes de droit d’asile abusives», poursuit Anne-Laure Arassus.

>> Retrouvez ici notre article sur les vols et les usurpations d'identité...

La plupart des faussaires arrêtés sont de nationalité congolaise, tout comme les bénéficiaires. «La particularité de cette affaire est que nous avons réussi à démanteler tout un réseau de faussaires», conclut la commissaire qui précise que «l’activité de cette officine était soutenue».