Entre 15 et 20 Cannabis social clubs se sont déclarés lundi en préfecture

DROGUE Leurs membres partagent leur production sans la commercialiser...

C.C.

— 

Dominique Broc, le fondateur des Cannabis social clubs (CSC) devant sa production, le 4 janvier 2013, près de Tours (Indre-et-Loire).
Dominique Broc, le fondateur des Cannabis social clubs (CSC) devant sa production, le 4 janvier 2013, près de Tours (Indre-et-Loire). — A.JOCARD / AFP

Aussitôt dit, aussitôt fait. Entre 15 et 20 Cannabis social clubs (CSC) sur 400 se sont officiellement déclarés lundi dans plusieurs préfectures, a indiqué ce mardi à l’AFP le porte-parole du mouvement, Dominique Broc.

Comme prévu, ce cultivateur de Tours (Indre-et-Loire) a déposé  les statuts de son association en compagnie d’autres adeptes du cannabis à travers la France. L’objectif? Cultiver à plusieurs des plants et se partager la production sans pour autant en faire commerce.

Cette initiative ne risque cependant pas de leur éviter les ennuis, la production de stupéfiants étant illégale en France et passible de trente ans de prison ainsi que 7,5 millions d’euros d’amende. Le mois dernier, Dominique Broc s’était vu détruire entièrement sa production de cannabis constituée de 126 plants.