Un camp de Roms détruit par un incendie près de Lyon

SOCIETE Le feu est d'origine accidentelle...

Avec Reuters

— 

Le 28 aout 2012, la police procède à l'évacuation d'un camp de Roms dans le quartier de Parilly, à St Priest, dans la banlieue de Lyon.
Le 28 aout 2012, la police procède à l'évacuation d'un camp de Roms dans le quartier de Parilly, à St Priest, dans la banlieue de Lyon. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

Un violent incendie a détruit dans la nuit de vendredi à samedi un camp de Roms installé le long de l'autoroute à Saint-Fons (Rhône) en banlieue lyonnaise, a-t-on appris ce samedi auprès des pompiers. «Aucune victime n'est à déplorer», a indiqué un pompier présent sur place. Les 250 occupants de ce campement sauvage ont été évacués et installés pour la nuit dans un gymnase.

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'incendie serait d'origine accidentelle. Un brasero allumé par les occupants pour se réchauffer aurait propagé le feu aux cabanes. Des bouteilles de gaz stockées sur place ont également explosé.

«Immobilisme des autorités»

Plusieurs associations ont manifesté samedi leur indignation. Pour Jean Philip, militant du Mrap Rhône, «cet incendie est malheureusement symptomatique de l'immobilisme des autorités sur la question des campements de Roms».

«Une circulaire prise en août dernier stipule que les occupants des campement doivent faire l'objet d'un suivi sanitaire, social, médical et éducatif. Et le Rhône est le seul département où cette circulaire n'a pas été appliquée», a-t-il déploré.