Des policiers dans un bus parisien, le 9 novembre 2009
Des policiers dans un bus parisien, le 9 novembre 2009 — HADJ/SIPA

SECURITE

Ile-de-France: 150 crimes et délits par jour sur le réseau ferré

Cela représenterait, chaque année, environ 10.000 faits dans le bus et plus de 55.000 dans le RER ou le métro...

La violence est toujours sur les rails. Après l'attaque d'une rame du RER D, samedi au niveau de la gare de Grigny (Essonne), Le Figaro annonce même, ce mercredi, une recrudescence de l'insécurité dans les transports en commun, pointant une augmentation de 1,7% des crimes et délits dans le réseau ferré d'Ile-de-France et de 18% dans les bus.

A ce rythme, estime le journal, cette évolution correspondrait à environ 10.000 de faits de délinquance déclarés dans les bus et plus de 55.000 dans le métro ou le RER sur un an. Soit environ 150 crimes et délits par jour. Cela représenterait ainsi plus de 40 vols à la tire par jour en moyenne, uniquement sur le réseau ferré.

Les indicateurs passent au rouge

Concernant les actes de violence, leur évolution est plus contrastée, indique Le Figaro. Les vols avec violence, qui seraient souvent liés au phénomène de bandes, avaient plutôt tendance à diminuer en 2012 (environ 6% sur onze mois). Mais dans le même temps, les agressions contre le personnel des rames montaient en flèche, avec une augmentation de 25% pour la RATP et de 50% à la SNCF.

En janvier 2013, tous les indicateurs seraient ainsi passés au rouge dans les réseaux ferrés d'Ile-de-France, sauf pour les dégradations volontaires et les atteintes sexuelles. Les vols à la tire auraient même crû de 43% en un mois et les vols simples de 25%.

Chaque mois, la Seine-Saint-Denis ou les Hauts-de-Seine recensent ainsi deux fois plus de faits délictueux que le département de l'Essonne, où a eu lieu l'attaque du RER. Mais Grigny serait un point de fixation des bandes parmi les plus dures d'Ile-de-France, estime Le Figaro. En 2005, lors des émeutes, des dizaines de policiers avaient été blessés à la cité de la Grande Borne.