Les remontées mécaniques sont-elles dangereuses?

Claire Friedel

— 

Illustration: Des télésièges.
Illustration: Des télésièges. — Jessica A. Stewart/AP/SIPA

Un garçon de 13 ans en réanimation après une chute de téléski, ce week-end à Chamrousse (Isère), 58 skieurs évacués de télécabines en panne, dimanche soir à La Plagne (Savoie), et plus tôt dans la saison, deux adolescents décédés après avoir chuté d’un télésiège, l’un à Gourette (Pyrénées-Atlantiques), l’autre sur le sol italien à la frontière des Hautes-Alpes... Les sports d’hiver ont été marqués cette année par des épisodes sombres.

«On a eu des séquences rapprochées, mais ensuite, le bilan chiffré n’est pas alarmant», note Claude Jacot, responsable du Système national d’observation de la sécurité en montagne.

Dans la moyenne

Au 1er mars, le Service technique des remontées mécaniques et des transports guidés (STRMTG) recensait un mort et 19 blessés graves liés à des remontées mécaniques. Des chiffres similaires aux années précédentes, malgré une petite hausse des chutes de télésiège, selon Daniel Pfeiffer, directeur du STRMTG.

Laurent Reynaud, délégué général de Domaines skiables de France, la chambre professionnelle des remontées mécaniques, tient à rappeler qu’il y a «10 millions de passage chaque jour» en ce moment dans les stations de ski. Laurent Lenoble, responsable de la sécurité civile à la préfecture de Haute-Savoie, tire lui aussi un parallèle: six chutes dans des remontées ont nécessité une prise en charge cette année dans le département, contre 10 à 12.000 interventions sur les pentes enneigées.