Neige: Les prévisions de Météo-France remises en cause?

SOCIETE L'organisme météorologique n'avait pas prévu autant de neige...

Corentin Chauvel

— 

De fortes neiges paralysent la métropole lilloise.
De fortes neiges paralysent la métropole lilloise. — M.LIBERT/20 MINUTES/SIPA

Météo-France s’est-elle trompée dans ses prévisions et tardé à donner l’alerte neige adéquate? C’est ce que semblent insinuer certains acteurs entièrement dépendants de l’organisme météorologique, et dépassés par les événements de mardi.

Tous les organismes consultés par 20 Minutes, des transports à ERDF, indiquent suivre scrupuleusement les indications de Météo-France et tous affirment avoir été surpris par le phénomène neigeux, beaucoup plus important que prévu. A la SNCF par exemple, on estime que «l’alerte météo ne correspondait pas du tout à ce qu’il s’est passé. On n’attendait pas autant de neige et de manière aussi étalée». Les voyageurs ont ainsi été priés de rentrer chez eux beaucoup trop tard.

Une vigilance orange dès dimanche

Mais Météo-France se défend ce mercredi d’une quelconque négligence. «On  a activé la vigilance orange dès dimanche après-midi, le ciblage des départements était relativement bon et les observations relativement conformes», a déclaré à 20 Minutes le responsable de la prévision, Jean-Marie Carrière.

Cependant, il concède que, localement, les prévisionnistes ont pu sous-estimer les quantités de neige, parfois renforcées par les vents forts. Sans oublier les pluies verglaçantes qui sont venues ajouter de l’impraticabilité aux routes dans la nuit de lundi à mardi. «Cela n’était pas complètement anticipé», a confié mardi à 20 Minutes Eric Tanays, le directeur des routes d’Ile-de-France. «On a bien parlé des pluies verglaçantes dans la partie la plus au sud de la zone touchée, c'est assez classique avant les chutes de neige», lui répond Jean-Marie Carrière. 

Le gouvernement relance une alerte

Cette remise en cause indirecte des prévisions de Météo-France, toujours très sensibles en période d’intempéries exceptionnelles, a-t-elle influencé les pouvoirs publics? Ce mercredi matin, l’organisme météorologique avait levé son alerte orange neige et verglas avant de la rétablir dans 19 départements, à la demande du gouvernement.

Cette action «n'est pas habituelle», reconnaît Jean-Marie Carrière, mais «c'est une situation tendue» et Météo-France fait partie de la gestion de crise, dirigée directement par la cellule interministérielle. «On tient compte des conséquences de ce qu'il passe sur le terrain et le phasage avec la sécurité civile est lui habituel», précise le responsable de la prévision. En clair, même si l'aspect neige était terminé, il restait des difficultés sur le terrain ce mercredi et il a été ainsi décidé de repasser en vigilance orange. 

Le gouvernement cherchait-il à assurer ses arrières? «C'est communiquer, mais c'est louable», concède Jean-Marie Carrière qui rappelle que la vigilance orange vise aussi à donner des conseils de comportement, mais «il ne faut pas qu'on en abuse».