Ile-de-France: Un site Web pour faciliter l'accès des femmes à l'IVG

SANTE Le Réseau entre la ville et l'hôpital pour l'orthogénie (Revho) lance, ce jeudi, IVGlesadresses.org...

Vincent Vantighem

— 

Lancement de www.ivglesadresses.org, un site qui permet de trouver où réaliser une IVG en Ile-de-France, le 6 mars 2013.
Lancement de www.ivglesadresses.org, un site qui permet de trouver où réaliser une IVG en Ile-de-France, le 6 mars 2013. — A. GELEBART / 20 MINUTES

«Certaines femmes vont se faire avorter à l’étranger car elles ne trouvent pas les informations nécessaires en France.» Présidente du Réseau entre la ville et l’hôpital pour l’orthogénie (Revho), Sophie Gaudu a décidé de leur venir en aide. Ce jeudi matin, elle ouvre le site Internet IVGlesadresses.org afin de permettre aux femmes de trouver toutes les coordonnées des lieux où réaliser une interruption volontaire de grossesse en Ile-de-France en fonction des méthodes.

56.000 IVG en Ile-de-France chaque année

«Ce sera une véritable plate-forme de renseignements, assure celle qui est aussi chef d’unité d’orthogénie au CHU du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne). Le Réseau est constitué de 450 médecins et de 23 établissements de santé.» L’Ile-de-France accueille, chaque année, 56.000 des 220.000 femmes qui veulent recourir à l’IVG. «Le seul problème de l’avortement est celui du délai très strict, poursuit Sophie Gaudu. Quand une patiente décide d’y recourir, il faut parfois aller très vite.»

Les anti-IVG manifestent

Or, d’après elle, le Web regorge d’informations incomplètes, d’adresses erronées et de prises de position qui peuvent décourager les femmes dans leurs démarches. Président de SOS Tout-petits et chantre de la lutte anti-avortement, Xavier Dor, en a signé quelques-unes (lire ci-dessous). «Nous combattrons ce nouveau site en manifestant, confie-t-il. On invite les gens à tuer les enfants et, en plus, on leur donne toutes les informations pratiques pour ce faire. C’est vraiment l’horreur!» Sophie Gaudu n’est ni surprise ni inquiète de ce genre d’attaques. «Pour moi, la plus grande difficulté va surtout consister à mettre régulièrement à jour notre site…» 

Le président de SOS Tout-petits comparaîtra le 26 juin pour «des pressions morales» exercées sur des femmes qui voulaient avorter. Lors de consultations, il leur avait offert des chaussons de nourrisson et une médaille de la Vierge Marie.