Dix dealers présumés relâchés pour une erreur de dates

JUSTICE Le juge s'est trompé dans le calendrier de sa propre enquête...

M.Gr.

— 

«Shitland», surnom donné à la cité des Boullereaux, se trouvait à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne)
«Shitland», surnom donné à la cité des Boullereaux, se trouvait à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) — Capture Google Maps

Les relations entre police et justice, déjà tendues, n'avaient pas besoin de ça. Dix dealers présumés ont été libérés de prison, jeudi, pour une simple erreur de dates, rapporte RTL ce vendredi.

C'est le juge d'instruction, chargé du dossier, qui s'est emmêlé en se trompant de date dans le calendrier de sa propre enquête. Une erreur qui rendait la détention des suspects totalement arbitraire.

Démantèlement de «Shitland»

La présidente du tribunal n'a donc eu d'autre choix, à la fin de l'audience qui aura duré deux heures jeudi matin au tribunal correctionnel de Créteil, que d'ordonner la remise en liberté immédiate des dealers présumés. Une aubaine pour leurs avocats, qui la réclamaient vivement.

Une aubaine également pour les dix hommes, qui avaient été arrêtés à l'automne 2011, lors du démantèlement de «Shitland», surnom donné à la cité des Boullereaux, à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), considéré comme la deuxième plus grosse plaque tournante du trafic de cannabis de la région parisienne.

Le procès doit commencer en avril, mais les enquêteurs redoutent que les dix dealers présumés ne fuient à l'étranger d’ici là.