Vacances scolaires: Fillon fustige l'«improvisation» de Peillon

I.R. avec AFP

— 

François Fillon, lors d'une réunion publique à Marseille, le 11 octobre 2012.
François Fillon, lors d'une réunion publique à Marseille, le 11 octobre 2012. — K.VILLALONGA/SIPA

Vincent Peillon a préconisé dimanche sur BFMTV de raccourcir des vacances scolaires d'été à six semaines au lieu de deux mois et qu'elles soient réparties en deux zones. Avant de nuancer ses propos en expliquant que le projet ne serait pas envisageable avant 2015.

La droite dénonce une «improvisation»

Dimanche soir pendant le JT de TF1, François Fillon a fustigé «l'improvisation» du gouvernement sur «un sujet important» qui mériterait une concertation. Selon lui, ce sujet des vacances d'été est «important» et «mérite d'être discuté avec les associations de parents d'élèves».

«C'est un récidiviste de la gaffe», a tranché ce lundi matin Bruno Le Maire sur Canal +. «Il avait déjà fait une gaffe absolument surréaliste sur la dépénalisation du cannabis, il en refait une sur les jours de vacances.» «Il parle trop vite et sème la confusion», a déploré le député de l’Eure. «J'ai quatre enfants, je suis comme n'importe quelle famille, quand j'apprends que tout d'un coup, on va modifier les vacances d'été, ce ne sont pas des sujets légers, ce sont des sujets qui concernent toutes les familles françaises, tous les enfants.»

Harlem Désir, numéro un du PS, a expliqué de son côté ce lundi que Vincent Peillon avait simplement ouvert «une piste» de réflexion. «Il s'agit d'une piste de réflexion pour l'avenir, il n'y a aucune décision dans ce domaine», a-t-il insisté. «On a toujours le droit d'ouvrir des réflexions, on ne doit pas être fermé», a encore dit le Premier secrétaire.

En finir avec la semaine de 4,5 jours

Du côté des syndicats enseignants, il faudrait commencer par achever la réforme sur la semaine de 4,5 jours avant de s’attaquer aux vacances d’été. «On est déjà sur un dossier sensible, pas abouti. Découvrir une nouvelle résolution par voie de presse, ce n'est pas respectueux pour les enseignants et les collectivités territoriales», s'emporte Sébastien Sihr, secrétaire général du syndicat des enseignants du primaire SNUipp.

Les professeurs du secondaire sont également réservés. «Les enseignants qui font passer les oraux du bac sont déjà occupés jusqu'à la mi-juillet. Ils doivent encore préparer la rentrée suivante, mettre à jour les connaissances et ont besoin de temps pour se ressourcer», a déclaré à Europe 1 Frédérique Rollet, secrétaire générale du SNES-FSU.

La FCPE satisfaite

Seul Jean-Jacques Hazan, président de la FCPE, la principale organisation de parents d'élèves, a salué la proposition du ministre. «On est très satisfait, c'est nos demandes», a-t-il déclaré sur France Info. «Cinq heures de classe par jour à l'école, pas plus de six heures au collège, jamais plus de sept au lycée. 90 minutes garanties à tous le midi, jamais plus de sept semaines de classe d'affilée, jamais moins de deux semaines de congé et une réduction des vacances d'été, parce que c'est une demande sociale réelle, qui rejoint le besoin pédagogique».