Un virus proche du Sras découvert: Pas d’alerte en France pour le moment

SANTÉ n virus mortel est apparu au Moyen-Orient et a atteint le Royaume-Uni. La France est prête à mettre des mesures en place en cas d'apparition de cette souche dans l'Hexagone...

Isabelle Raynaud

— 

 A electron microscope image of a coronavirus is seen in this undated picture provided by the Health Protection Agency in London February 19, 2013. A new virus that emerged in the Middle East last year and has killed five people is well adapted to infecting humans but could potentially be treated with drugs that boost the immune system, scientists said. 
 A electron microscope image of a coronavirus is seen in this undated picture provided by the Health Protection Agency in London February 19, 2013. A new virus that emerged in the Middle East last year and has killed five people is well adapted to infecting humans but could potentially be treated with drugs that boost the immune system, scientists said.  — REUTERS/Health Protection Agency/Handout

Un Britannique a succombé au coronavirus NCoV, une souche proche de celle du Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère), ont annoncé les autorités sanitaires du Royaume-Uni mardi. Depuis juin 2012, ce nouveau virus a fait 6 morts dans le monde, pour 12 cas répertoriés.

On est donc loin d’une pandémie pour l’heure mais l’Organisation mondiale de la santé (OMS) suit attentivement la progression de cette nouvelle maladie. Dans une alerte du 16 février, avant la mort du Britannique, l’OMS «invite tous les États Membres à poursuivre la surveillance des infections respiratoires aiguës (IRA) sévères et à examiner soigneusement toute particularité inhabituelle.»

Ne pas revivre l’épidémie de Sras

«C’est une alerte car il y a eu des cas découverts dans le monde et après l’épisode du Sras, l’OMS préfère faire de la prévention», rassure Vincent Enouf, responsable adjoint du Centre national de référence sur la grippe à l'Institut Pasteur. Entre 2002 et 2003, le Sras avait fait environ 800 victimes,10% des malades atteints par ce Syndrome respiratoire aigu sévère. Ce nouveau virus est différent du Sras, mais contrairement à la majorité des coronavirus, il est mortel.

La plupart des malades vivaient au Moyen-Orient ou s'étaient rendues récemment dans cette région. La particularité des cas au Royaume-Uni est que pour la première fois des personnes ont été contaminées par un membre de leur famille. Celui-ci avait voyagé au Moyen-Orient et a rapporté avec lui le virus.

Ne pas paniquer

Au total, sur les 12 personnes diagnostiquées comme porteuses du nCoV, cinq vivaient en Arabie saoudite, dont trois sont décédées, deux en Jordanie, qui sont également décédées et quatre en Grande-Bretagne, dont un est décédé. Le dernier cas a été relevé en Allemagne sur un patient qatari.

«Nous tenons à dire que le risque associé à ce nouveau coronavirus pour la population britannique reste très bas», a rassuré John Watson, responsable du département des maladies respiratoires de l'agence de sûreté sanitaire britannique (Health Protection Agency).

Pas de cas en France

En France aussi, pas de crainte à avoir. «Il y a toujours très peu de cas, nous surveillons la situation et nous sommes prêts à agir», assure Vincent Enouf. Le but est de détecter le plus rapidement possible la souche NCoV pour mettre en place les polices sanitaires empêchant la contamination.

Aucun cas n’a jusqu’à présent été détecté en France. «Il y a eu des suspicions, sur des personnes ayant voyagé au Moyen-Orient, mais ce n’était que des cas de grippe», déclare Vincent Enouf.