Père retranché sur une grue: La situation n'a pas évolué ce dimanche matin

SOCIÉTÉ est le statu quo pour Serge Charnay...

avec AFP

— 

Serge Charnay a perdu le droit de visite de son fils Benoît il y a deux ans à la suite de sa condamnation pour soustraction d'enfant.
Serge Charnay a perdu le droit de visite de son fils Benoît il y a deux ans à la suite de sa condamnation pour soustraction d'enfant. — Frank Perry afp.com

La situation n'a pas évolué pendant la nuit de samedi à ce dimanche sur le port de Nantes où un père est retranché depuis vendredi matin dans une grue géante pour obtenir le rétablissement du droit de visite de son fils, a indiqué ce dimanche une source policière.

«Il n'y a rien de nouveau. Il est toujours dans sa grue. C'est le statu quo», a-t-on affirmé de même source. Interrogé sur des mouvements qui auraient pu se dérouler pendant la nuit ou tôt dimanche matin à proximité de la grue, comme un approvisionnement en vivres ou des discussions, le policier a répondu: «non, rien du tout. Ca n'a pas bougé».

«Je resterai le temps qu'il faudra pour obtenir quelque chose de significatif»

Serge Charnay a perdu le droit de visite de son fils Benoît il y a deux ans à la suite de sa condamnation pour soustraction d'enfant. «Je resterai le temps qu'il faudra pour obtenir quelque chose de significatif», a dit Serge Charnay.

Vendredi soir, la préfecture de Loire-Atlantique lui avait fait présenter la preuve écrite qu'il pouvait bénéficier de l'audience, à compter du 28 mars, d'une requête expresse pour l'examen de son dossier. Après lecture du document, M. Charnay avait choisi de poursuivre son action. Contacté par SMS dimanche matin par l'AFP, Serge Charnay n'avait toujours pas répondu vers 8h.