Nouvelle-Zélande: La mort d'une femme «liée» à sa consommation excessive de Coca-Cola

SANTE C'est le verdict d'un médecin légiste, qui estime toutefois que l'entreprise ne peut pas être tenue pour responsable...

P.B.

— 

Bouteilles et canettes de Coca-Cola.
Bouteilles et canettes de Coca-Cola. — Pat Wellenbach/AP/SIPA

Il n'y avait sans doute pas besoin de l'avis d'un médecin pour s'en douter: boire 10 litres de coca par jour pendant des années peut mener tout droit dans la tombe. Mardi, un médecin légiste néo-zélandais a conclu que la mort d'une femme de 30 ans, en 2010, était «liée» à sa consommation excessive de soda sucré.

«En examinant tous les facteurs, il est peu probable que Natasha Harris serait morte de la manière dont elle est morte, au moment où elle est morte sans sa consommation de très larges quantités de Coca-Cola», conclut David Crerar.

1 kilo de sucre par jour

Selon ses proches, elle buvait jusqu'à 10 litres de soda par jour. Cela représente plus d'un kilo de sucre et 970 mg de caféine, respectivement onze et deux fois les quantités maximums recommandées. Son mari affirme qu'elle était devenue «accro» et qu'elle se mettait «à trembler» si elle n'avait pas sa dose quotidienne.

Pour autant, le médecin légiste estime que l'entreprise ne peut pas être tenue responsable du décès car la femme savait, ou aurait dû savoir, que son régime était dangereux. Attaquées par le sucre, ses dents avaient notamment dû être arrachées, une mésaventure qu'a ausi vécue récemment un Australien de 25 ans. Plusieurs de ses huit enfants étaient par ailleurs nés sans émail sur les dents. Selon Crerar, elle a «ignoré ces avertissements».

Coca-Cola rejette les conclusions

L'entreprise, elle, rejette sans surprise les conclusions de l'expert. «La consommation extrêmement excessive de n'importe quel aliment, même de l'eau, sur une période de courte durée, peut être dangereuse», affirme-t-elle. De plus, Coca-Cola estime que de «trop nombreux facteurs peuvent causer un arrêt cardiaque» pour affirmer que sa boisson «a été un facteur direct de sa mort subite».

Selon ses proches, Natasha Harris fumait en effet plus d'un paquet de cigarettes par jour et mangeait peu. Le médecin légiste recommande malgré tout aux autorités néo-zélandaises de forcer les acteurs de l'agroalimentaire à imprimer des messages avertissant des dangers d'une trop forte consommation de sucre et de caféine.