François Hollande souhaite une réforme des retraites avant la fin de l'année

M.Gr.
— 
François Hollande, le 28 janvier 2013, au palais de l'Elysée, à Paris.
François Hollande, le 28 janvier 2013, au palais de l'Elysée, à Paris. — C.HARTMANN / REUTERS

Ce sera la troisième en dix ans. Mais la première a être conduite par un gouvernement de gauche. Une nouvelle réforme des retraites devrait en effet être lancée avant la fin de l'année, rapporte Le Parisien ce lundi.

Le projet, qui figurait au programme du candidat élu -c'était son engagement n°18- pourrait être mis en chantier rapidement. Car malgré la réforme de 2010, la situation reste délicate. Le Conseil d'orientation des retraites (COR), avait ainsi tiré la sonnette d'alarme en décembre 2012, indiquant que le déficit du régime des retraites devrait dépasser 21 milliards d'euros en 2017, alors que la réforme de 2010 prévoyait l'équilibre en 2018.

Et puis, François Hollande se sait également surveillé par Bruxelles. Les réformes des retraites sont d’ailleurs particulièrement scrutées par les partenaires européens et les agences de notation, qu'il souhaite rassurer, alors que les prévisions de croissance à 0,8% du PIB sont loin des 3% attendus par les institutions européennes.

Aucune piste privilégiée

Une certitude concerne toutefois les efforts, qui seront de toutes les façons demandés aux Français, a indiqué la ministre des Affaires sociales et de la Santé, dimanche. «Il y aura des efforts, je le dis», a reconnu Marisol Touraine lors de l'émission «Tous politiques» France Inter-Le Monde-AFP. «Et dans le même temps, il faut évidemment que ces efforts soient différenciés selon les carrières professionnelles», a-t-il ajouté.

Car le gouvernement fait face à deux défis: La question du financement à court terme et la refonte du système.  Mais pour l’instant, aucune piste de refonte ne serait privilégiée. Un comité d'experts doit d'ailleurs être constitué «dans quelques jours ou quelques semaines» pour faire des propositions, a dit Marisol Touraine, et le gouvernement engagera ensuite une concertation avec les organisations syndicales.

Un nouveau round de concertation entre patronat et syndicats pourrait également être lancé avant juillet, rapporte Le Parisien. Peut-être même avant juin. Car le temps presse et le gouvernement souhaite agir au plus vite, notamment parce que 2014 sera une année d'élections, municipales et européennes.

Les retraités mis à contribution

Le gouvernement resterait également attentif aux discussions actuellement engagées entre les partenaires sociaux sur les régimes complémentaires, dont les prévisions ne sont guère optimistes. Ainsi, les caisses de l'Agirc (complémentaire des cadres) pourraient être vides dès 2017 et celles de l'Arcco (pour les salariés du privé) dès 2020.

Un gel temporaire des pensions serait d'ailleurs envisagé par ces organismes, qui doivent rendre leur avis début mars. Le gouvernement pourrait alors  s'inspirer de cette idée pour le régime général, indique Le Parisien, et mettre ainsi les retraités à contribution.

Selon un sondage CSA, 60% des Français considèrent que le report à 65 ans de l'âge légal de départ à la retraite, contre 62 ans prévu par la réforme de 2010, sera à terme nécessaire.