L’ancien ministre Eric Raoult jugé jeudi pour «violences conjugales»

Vincent Vantighem

— 

Eric Raoult. maire UMP du Raincy.
Eric Raoult. maire UMP du Raincy. — WITT / SIPA

Le 30 novembre, l’audience avait été reportée en raison de ses ennuis de santé. Mardi dernier, Eric Raoult était toujours hospitalisé. Mais, cette fois, l’ancien ministre de la Ville n’a pas l’intention de se dérober. «J’ai prévu d’être présent à l’audience jeudi, confie-t-il à 20 Minutes. Je vais m’expliquer.» Après deux plaintes de sa femme, Corinne, dont il est séparé, il doit être jugé, ce jeudi à 13h, par le tribunal correctionnel de Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour «violences sur conjoint».

«Tu t’habilles comme une salope!»

«On lui reproche trois épisodes de violences distincts entre 2011 et 2012, détaille Caroline Toby, son avocate. Mais mon client nie les faits. Il va s’en expliquer devant le tribunal…» A 57 ans, le maire du Raincy (Seine-Saint-Denis) a toujours mis les accusations de sa femme, qui était aussi son assistante parlementaire, sur le compte d’un divorce qui s’envenime. «Je l’ai insultée, c’est vrai, reconnaît-il. Mais je ne l’ai jamais frappée.» Interrogé il y a quelques mois par Europe 1, le prévenu était allé plus loin dans les explications. «Dire à son épouse qui a quinze ans de moins “tu t’habilles comme une salope”, ce n’est pas une violence conjugale!»

Corinne Raoult ne veut pas «salir [son] mari»

La plaignante, qui était injoignable ces derniers jours, prétend avoir été bousculée et giflée à trois reprises. Après avoir déposé une première plainte, elle ne s’est pas rendue au commissariat pour être entendue. «Elle a déposé une nouvelle plainte plus tard, détaille Caroline Toby. Avec, à l’appui, un certificat médical mais il ne fait état d’aucune trace de violences…» Muette depuis le début de l’affaire, Corinne Raoult avait simplement confié au Parisien qu’elle ne voulait pas «salir son mari». «La plainte a été déposée mais je ne fais pas de ma vie un fonds de commerce, un sujet médiatique…»

Il encourt trois ans de prison

Eric Raoult, qui doit aussi répondre de faits de «menaces en vue de déterminer une victime à ne pas porter plainte ou à se rétracter», encourt une peine de trois ans de prison et une amende de 45.000 euros. «Vous savez, quand on est sur un lit d’hôpital, on pense à autre chose qu’à ça…» nous a-t-il confié mardi.

Elections

Eric Raoult a perdu son siège de député lors des élections législatives de juin 2012. «Fatigué», selon ses propres termes, il avait été victime, peu après, d’un accident vasculaire cérébral dans son bureau de la mairie du Raincy et avait dû être conduit d’urgence à l’hôpital. «Il a encore de temps en temps des alertes vasculaires», confie Caroline Toby, son avocate.