Diane 35: «Je ne souffre pas d'avoir pris Diane 35, je ne vois pas pourquoi je dois être pénalisée»

TÉMOIGNAGES rois internautes de «20 Minutes», utilisatrices de Diane 35, réagissent à la suspension de la vente du médicament...

Témoignages recueillis et édités par Christine Laemmel

— 

Illustration de plaquettes de pilules Diane 35, un antiacnéique détourné en contraceptif.
Illustration de plaquettes de pilules Diane 35, un antiacnéique détourné en contraceptif. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Dès le mois de mai, Diane 35 devrait avoir disparu des pharmacies françaises. L’Agence du médicament (ANSM) a annoncé ce mercredi la «suspension» de ses ventes. Ce traitement contre l’acné, utilisé par de nombreuses femmes comme contraceptif, est soupçonné d’avoir causé la mort de sept patientes. Comment vont réagir les femmes qui prennent ou ont pris Diane 35? Nous avons posé la question aux internautes de 20 Minutes. Manell, Elodie et Dominique, inquiètes et révoltées, nous ont répondu.

>> Vous avez été traité avec Diane 35? Réagissez à la suspension de sa vente, en témoignant dans les commentaires ou en nous écrivant à reporter-mobile@20minutes.fr 

Manell, sous Diane 35 depuis quatre ans: «Je compte bien changer de gynécologue, la confiance n'est plus là»

«Une suspension? Pour quoi faire? Le remettre dans 30 ans et l'imposer à une nouvelle génération? Les personnes qui se disent médecins et gynécologues devraient assumer leurs responsabilités et contacter toutes ces femmes à qui ils ont osé prescrire cette pilule, les informer des risques encourus et des solutions, s'il en existe... J'espère vraiment que des réunions d'informations pourront être mises en place afin d'informer toutes ces femmes qui ont utilisé ce poison!

De mon côté, j'ai pris contact avec mon médecin pour connaître tous les risques et je vais faire des examens plus poussés à l'hôpital. Je compte bien changer de gynécologue, la confiance n'est plus là.

A l’origine j'ai pris cette pilule pour allier contraception et anti-acnéique. Une amie m'avait parlé de cette recette miracle contre les boutons, mais pas de ses méfaits, hélas. Et ma gynécologue avait approuvé ce changement, sans m'informer des risques réels. Je n'ai jusqu'à aujourd'hui eu aucun souci de santé lié à cette pilule, mais cela ne fait que quelques années que je la prends... Peut-être sont-ils déjà là, mais je ne le sais pas encore.»
 

Elodie, sous Diane 35 depuis 20 ans: «Je ne vois pas pourquoi je serais pénalisée alors que je n’ai ressenti aucun effet secondaire»

«Je suis dégoûtée de cette décision. A l'origine, mon gynécologue et mon dermatologue m’ont prescrit cette pilule pour des problèmes d'acné important. Ce n'était pas sans raison. Les risques de Diane 35 sont selon moi, les mêmes qu'avec toutes les pilules. Quels étaient les antécédents des femmes qui sont décédées? Ont-elles ressenti les effets secondaires dès les premiers mois? On m'a prévenu que l'association d’un contraceptif et du tabac était dangereuse, c'est pour cette raison que je ne fume pas. La cigarette est-elle prise en compte dans la décision de l’ANSM?

Je ne souffre pas d'avoir pris Diane 35, au contraire, elle m'a bien aidé médicalement pour les menstruations douloureuses et l'acné. Je ne vois pas pourquoi je dois être pénalisée.

Je souhaite interpeller le conseil européen pour qu'il fasse infléchir la France. Je vais donc envoyer un courrier pour leur expliquer que la décision a été prise sans demander l'avis des personnes intéressées, en l'occurrence les patients, et que c'est totalement injustifié vu son action bénéfique sur certaines pathologies comme l'acné.»
 

Dominique, sous Diane 35 depuis plus de 20 ans: «Je me pose mille questions sur mes problèmes de circulation du sang et mes migraines»

«Selon moi, il est évident que la vente de Diane 35 doit être suspendue afin de protéger les jeunes femmes qui utilisent cette pilule. Il y a un vrai travail d’information à faire de la part des médecins sur la dangerosité lorsqu’ils prescrivent une pilule ou un médicament. Je pense que ce n’est pas la patiente qui choisit sa pilule. Lorsque cette pilule m’a été ordonnée, Internet n’existait pas dans notre foyer et nous n’étions nullement informés.

Lorsque le produit ne fait pas grossir, ne donne pas d’urticaire mais apporte satisfaction et fait taire nos complexes (acné ou pilosité), on ne cherche pas plus loin et on ne regarde pas la notice qui est tassée au fond de la boîte.

De mon côté, j’ai pris Diane 35 couplé à un autre médicament pendant plus de 20 ans. Les deux associés avaient un effet sur la pilosité légère et Diane 35 s’avérait être un contraceptif efficace. J’ai arrêté les deux naturellement à la ménopause. Aujourd’hui, bien entendu, je me pose mille questions, notamment sur des problèmes de circulation du sang et des migraines. Je dois consulter une gynécologue la semaine prochaine. J’aimerais qu’un bilan soit fait par rapport aux effets secondaires rapportés par les médias et les plaignantes.»