Militaire au foulard de tête de mort: «Etude de sanction en cours», dit le porte-parole de l'EMA

SOCIETE Le légionnaire a été identifié, a déclaré le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l'Etat-major des armées...

Anne-Laëtitia Béraud
— 
Un militaire français arborant un masque de tête de mort à Niono, au Mali, le 20 janvier 2013.
Un militaire français arborant un masque de tête de mort à Niono, au Mali, le 20 janvier 2013. — ISSOUF SANOGO/AFP PHOTO

Le légionnaire au foulard macabre, photographié dimanche à Niono, au Mali, a été identifié par l'armée. Le militaire risque, potentiellement, une sanction.

C'est ce qu'a déclaré le porte-parole de l'Etat-major des armées (EMA), le colonel Thierry Burkhard, lors d'une conférence de presse ce mercredi. Répondant à 20 Minutes, le colonel Burkhard a déclaré : «Il a été identifié. Une étude de sanction est en cours». 

Réaction de l'Etat-major des armées

Lundi, ce même porte-parole avait évoqué à propos de ce cliché un «comportement pas acceptable (du militaire ndlr) mais cette image n'est pas représentative de ce que la France fait au Mali. Le militaire concerné est en cours d'identification».

La photographie d'Issouf Sanogo d'un légionnaire français, déployé il y a quelques jours sur le nouveau théâtre d’opérations malien, et dont le visage est à moitié recouvert d'un foulard représentant une tête de mort a créé une polémique. La photo, qui est loin d'être la première photo du genre, avait été qualifiée de «dérapage dans le symbolique» par François-Bernard Huyghe, directeur de recherche à l'Iris, dans Le Monde.