Fuite de gaz: «Les yeux me picotaient et j'ai ressenti un début de migraine»

TÉMOIGNAGES lusieurs internautes de «20 Minutes» habitant entre Rouen et Paris témoignent de gênes dues aux émanations de gaz constatées depuis lundi...

Témoignages édités par Christine Laemmel

— 

CHARLY TRIBALLEAU/AFP

Plus de peur que de mal? Si les dégagements de gaz opérés par la société Lubrizol à Rouen sont apparemment sans danger, ils ont tout de même inquiété des dizaines d’internautes de 20 Minutes, qui nous ont alertés dès 3h du matin, ce mardi. De Rouen jusqu’à la région parisienne, ils ont été nombreux à être réveillé par les fortes odeurs. Certains racontent même avoir souffert de maux de tête, vomissements ou gênes respiratoires.

>> Vous avez senti les émanations de gaz? L'odeur vous a-t-elle gêné? Comment avez-vous réagi? Déposez votre témoignage dans les commentaires ou écrivez-nous à reporter-mobile@20minutes.fr. Cette sélection sera régulièrement mise à jour.

Richard, près de Rouen: «Lubrizol aurait au moins pu avertir les gens»

«J'habite à environ 20kms au sud de Rouen. L'air hier était irrespirable, l'odeur avait pénétrée dans les maisons. C'est une situation inacceptable de la part des autorités et de Lubrizol pour gérer cette pollution. Comment peuvent ils annoncer au public que le nuage n'était pas toxique en n'ayant peut être fait aucune analyse de la concentration admissible du gaz dans l'atmosphère? Bien évidemment ils ne vont pas annoncer au public que c'est toxique. Mais ils auraient pu au moins avertir les gens en temps et en heure par radio et déclencher un plan d’action plus rapidement. Il n'y a plus qu'à espérer que la santé publique n'a pas été mise en danger.»

Pierre, Le Thuit-Signol, près de Rouen: «Les yeux me picotaient et j’ai ressenti  un début de migraine»

«Hier soir vers 20h, alors que je me trouvais dans ma maison j’ai senti une odeur de pétrole provenant de l’extérieur. Les yeux me picotaient anormalement et j’ai ressenti  un début de migraine. Les pompiers que j’ai contactés par téléphone m’ont dit qu’il s’agissait d’une émanation de gaz non-nocif, que cela provenait de Rouen, sans autres précisions, et qu’il fallait rester chez soi et calfeutrer les ouvertures. Cette odeur était encore présente ce matin mais moins intense. Au lever vers 7h je n’ai pas ressenti d’autres troubles si ce n’est un léger vertige.»

Catherine, dans les Yvelines: «J’ai eu peur que ce soit ma chaudière»

«J’habite Juziers dans les Yvelines. Il était 1h15 du matin quand j’ai senti l’odeur de gaz. Quand je suis descendue de ma chambre et que je suis arrivée dans la cuisine, là ça sentait vraiment le gaz. J’ai eu peur que ce soit ma chaudière. J’ai ouvert le volet et c’était une infection. Les yeux, la gorge et le nez me gratouillaient. J’ai appelé les pompiers et ce sont eux qui m’ont dit ce qu’il se passait. J’ai entendu que cette société avait des problèmes depuis lundi midi, ils auraient pu nous prévenir avant. Au lieu de ça, nous avons eu la trouille.»

Josiane, Gennevilliers (92): «J'ai été réveillée à 3h ce matin par l'odeur»

«J'habite à Gennevilliers. J'ai été réveillée à 3h ce matin par l'odeur. J’ai été prise de nausées avec une légère sensation de vertige. J'ai ressenti une gêne respiratoire et pris deux doses de médicament contre mon asthme.»

Angélique, Le Raincy (93): «Je me suis recouchée sans trouver le sommeil»

«Ce matin vers 6h, une forte odeur de gaz m’a réveillée. J’ai immédiatement  vérifié ma chaudière, mes brûleurs de cuisson et tous les radiateurs (tout est au gaz à la maison) pour sentir d’où cela venait, sans y parvenir. J’ai alors bêtement ouvert la fenêtre de la cuisine où se trouve la chaudière pour aérer. Puis je me suis recouchée sans pour autant trouver le sommeil. Et c’est sur le chemin du travail que j’ai entendu la nouvelle à la radio.»

Vincent, Paris: «Je me suis interrogé sur une éventuelle fuite dans l’immeuble»

«Cette nuit, vers 4h du matin, je suis allé fumer une cigarette à la fenêtre de ma cuisine. En l'ouvrant j'ai senti cette forte odeur de gaz, je me suis interrogé sur une éventuelle fuite mais vu la "ventilation" de la rue je me suis dit que ça ne pouvait pas être une fuite dans l'immeuble et je suis donc allé dormir, un peu inquiet.»

Marie: «J’ai encore des maux de tête ce mardi»

«Nous étions à la maison, prêts à sortir, quand une odeur nauséabonde nous a incommodés. Je pensais que cette odeur venait de l’intérieur mais en ouvrant la porte donnant vers l’extérieur, nous nous sommes rendus compte qu’elle venait de dehors. J’ai alors ressenti un fort mal de tête et des nausées. Mon mari a bouché les aérations, puis j’ai appelé les pompiers pour avoir plus d’information. Cette odeur nous a incommodés toute la nuit et j’ai encore ce mardi des maux de tête. C’est inadmissible de ne pas avoir été informé par Lubrizol. J’espère que l’entreprise fera son mea culpa.»