Intempéries: Au coeur de la cellule de crise de la RATP

REPORTAGE Pendant plus de 24 heures, des responsables de la RATP ont été sur le pont pour gérer au mieux les transports franciliens au cours de l’épisode neigeux...

Lucie Romano

— 

Un responsable de chaque secteur de la RATP - RER, métro, bus et tram, technique...- a suivi l'évolution sur le front des intempéries en Ile-de-France, les 21 et 22 janvier 2013.
Un responsable de chaque secteur de la RATP - RER, métro, bus et tram, technique...- a suivi l'évolution sur le front des intempéries en Ile-de-France, les 21 et 22 janvier 2013. — A. Gelebart / 20 Minutes

Faire en sorte que soient assurés le maximum de transports et garantir la sécurité du personnel et des voyageurs, malgré les 15 cm de neige. Telle a été la mission de la cellule de crise de la RATP durant une journée, de dimanche 13h à lundi 14h.

Les routes franciliennes n’ayant pas été toutes déneigées – les collectivités n’ont pu mobiliser des renforts dans le week-end –, aucun bus n’a pu prendre la route dimanche matin dans la région.«Cela n’était pas arrivé depuis une trentaine d’années», précise Jean-Marc Redon, en charge des bus au sein de la cellule.

«Assurer un trafic convenable lundi pour la reprise du travail»

Car dimanche, plusieurs incidents se sont déclarés en quelques heures: Orlyval, qui relie l’aéroport à Paris, bloqué pendant cinq heures en matinée; la ligne 5 coincée sur un viaduc avec une centaine de personnes à évacuer... La situation devient alors trop compliquée. A 13h, la tour de contrôle de la RATP, sur le pont 7 jours sur 7 et 24h sur 24, décide d’activer la cellule.

Jean-Luc Macé est d’astreinte. Il est appelé et prend la direction du PC de crise. «Dès le début, notre priorité était d’assurer un trafic convenable lundi pour la reprise du travail», témoigne-t-il.

Huit personnes en action

Attablés en face de lui, un responsable de chaque secteur: RER, métro, bus et tram, technique… Huit personnes en tout, les yeux rivés sur leur écran d’ordinateur. Parmi eux, un coordinateur «sécurité», c’est le protocole. Car la cellule de crise pourrait aussi bien avoir à gérer un attentat.

C’est de ce petit bureau de la Maison de la RATP, dans le 12e arrondissement, qu’est coordonnée la communication aux usagers, et que la décision est prise de faire tourner toute la nuit des métros sur les voies aériennes pour empêcher le givre de s’installer.

>> A cause des perturbations liées à la neige, vous êtes bloqué dans une gare, un aéroport ou sur la route? Envoyez-nous vos photos, vidéos et votre témoignage en nous écrivant à reporter-mobile@20minutes.fr