Nouvel espoir dans l'affaire Kulik

JUSTICE Sept personnes ont été interpellées...

William Molinié

— 

Jacky Kulik, le père d'Elodie (archives).
Jacky Kulik, le père d'Elodie (archives). — S. LEFEVRE / SIPA

Au téléphone, son timbre de voix est mesuré, légèrement tremblotant. Entre l'angoisse de la déception et le sentiment que le mystère entourant le meurtre de sa fille va bientôt être levé. «J'ai très bon espoir que la vérité éclate dans les prochains jours», confie à 20 Minutes Jacky Kulik, le père d'Elodie, directrice d'agence bancaire, violée et étouffée le 10 janvier 2002 à Tertry (Somme), au cours d'un assassinat particulièrement barbare.

«Connaître toute la vérité»

Mercredi matin, sept hommes âgés de 28 à 45 ans ont été interpellés et placés en garde à vue dans le cadre de cette affaire. Arrêtés dans l'Aisne, ils font tous partie de l'entourage de Grégory Wiart, dont l'ADN avait été retrouvé sur la scène de crime dans un préservatif. Mais les gendarmes n'ont réussi à l'identifier qu'à la fin janvier 2012 grâce à une méthode inédite de recoupement d'ADN. Ils se sont alors aperçus qu'il était mort dans un accident de voiture quelques mois après le meurtre. «Cette identification a donné une nouvelle impulsion à l'enquête», explique une source proche du dossier. «J'aimerais bien que ces récentes interpellations soient la dernière étape avant de connaître toute la vérité», insiste le père de la victime.