Les trajets domicile-travail s'allongent, les ménages trinquent

SOCIETE Selon une étude de l'Insee parue ce mardi, 7 actifs sur 10 vont travailler en voiture...

Delphine Bancaud

— 

La plupart des trajets domicile-travail se font en voiture.
La plupart des trajets domicile-travail se font en voiture. — C. villemain / 20 minutes

De plus en plus de kilomètres séparent le domicile du lieu de travail des Français. Selon une étude de l’Insee révélée ce mardi, en 2009, 25,5 millions de personnes se déplaçaient pour aller travailler chaque jour, soit trois millions de plus par rapport à 1999. «Cette augmentation s’explique par une diminution du nombre de personnes travaillant chez elles. Le fait qu’il y ait moins d’agriculteurs qu’il y a dix ans y contribue», décrypte François Clanché, chef du département de la démographie à l’Insee.

Le rôle de l’immobilier

Et les Français  parcourent des distances de plus en plus grandes pour se rendre au boulot: 7,7 millions de personnes quittent leur agglomération (ou leur canton) pour aller travailler et 1,2 million changent même de région pour le faire. Une proportion qui a augmenté respectivement de 25 %  et 27 % entre 1999 et 2009. «Cette évolution s’explique par une concentration des emplois dans les centres-villes et par la tendance des familles à s’en éloigner pour trouver un logement moins cher et plus spacieux», souligne François Clanché. Une situation encore amplifiée par la flambée des prix de l’immobilier dans de nombreuses villes. Par ailleurs, si de plus en plus de couples travaillent, il est souvent difficile de trouver un emploi proche du logement familial pour chaque actif.

Embouteillage, stress et dépenses

Conséquence de ces déplacements plus fréquents et plus lointains: les actifs sont nombreux à prendre leur voiture pour aller travailler (73%) et à enfourcher un deux roues (4,2%). Etonnement, les transports en commun ne sont utilisés que par 14,9% d’entre eux et seulement 7,9% vont au boulot à pied. Une situation qui génère des congestions sur les routes et un risque accru d’accidents, les déplacements étant concentrés aux mêmes heures. Et qui a des conséquences sur le pouvoir d’achat et le bien-être des Français, comme le souligne François Clanché: «plus un actif passe de temps dans les transports, plus cela lui coûte cher. Ces trajets empiètent aussi sur son temps de loisirs et génèrent bien souvent du stress». Des données qui plaident en faveur du développement du télétravail…