Expulsée de sa maison de retraite: La préfecture demande une enquête

VIEILLESSE Une femme de 94 ans s'est fait expulser de sa maison de retraite parce qu'elle ne payait plus ses loyers...

Enora Ollivier

— 

Illustration: Une maison de retraite de Nantes.
Illustration: Une maison de retraite de Nantes. — JS EVRARD/SIPA

Pas de trêve hivernale à Chaville. Une femme de 94 ans a été renvoyée vendredi de la résidence médicalisée privée de cette ville des Hauts-de-Seine où elle séjournait, parce qu’elle n’avait pas payé ses loyers, a révélé, dimanche, L’Echo républicain. Ce lundi, la préfecture des Hauts-de-Seine a saisi  l'Agence régionale de santé (ARS) pour enquêter sur cette expulsion.

Selon le journal, la direction de l’établissement a mis la nonagénaire et ses affaires dans une ambulance, et a payé le trajet jusqu’à Brou, dans l’Eure-et-Loir, où vit son fils. Ce dernier étant absent, et la chambre de la maison de retraite ayant déjà été réattribuée, la vieille dame a été conduite aux urgences de l’hôpital de Châteaudun.

«Une chambre d’EHPAD est un domicile»

L’hôpital, scandalisé, a indiqué qu’il allait «faire un signalement à la gendarmerie». «C’est honteux et complètement illégal en pleine trêve hivernale qui interdit les expulsions, y compris des établissements de santé», a souligné la direction.

Michèle Delaunay, la ministre aux Personnes âgées et à l’Autonomie, s’est également émue du cas de cette femme, et a indiqué dimanche qu’elle «demanderait la vérification de ces faits inacceptables». «Une chambre d’EHPAD [établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes] est un domicile», a-t-elle argué, sur Twitter

Une nouvelle chambre

«On est sincèrement mortifié de cette situation mais nous n’avions pas d’autre choix», s’est justifié, dimanche soir, le responsable de la maison de retraite. Interrogé par l’Echo républicain, Laurent Boughaba a indiqué qu’ «en trente ans de métier, (il n’avait) jamais été confronté à une telle situation». La vieille dame doit selon lui plus de 40.000 euros à la maison de retraite, où elle vit depuis bientôt deux ans, car ses enfants n’auraient quasiment jamais réglé les frais.

«Nous avons écrit plusieurs lettres recommandées au fils qui s’occupe administrativement de sa maman pour lui demander de la prendre en charge», a expliqué le directeur. En vain. Alors, «nous avons pris l’initiative de faire reconduire sa mère à son domicile, à Brou».

Le fils de la nonagénaire, en vacances dans le sud de la France, a promis de venir chercher sa mère, ce lundi. Et, si la direction de la maison de retraite de Chaville a proposé de réintégrer la vieille dame, il a refusé et a décidé de la placer dans un autre établissement d'Ile-de-France.