Décès de Jean Topart, l'une des «voix» les plus célèbres de la télévision

DECES Il avait notamment prêté sa voix à de nombreux dessins animés...

avec AFP

— 

Le comédien Jean Topart, l'une des "voix" les plus connues de la télévision, est mort samedi à l'âge de 90 ans, a-t-on appris dimanche auprès de sa famille.
Le comédien Jean Topart, l'une des "voix" les plus connues de la télévision, est mort samedi à l'âge de 90 ans, a-t-on appris dimanche auprès de sa famille. — Jean-Pierre Muller afp.com

Le comédien Jean Topart, l'une des «voix» les plus connues de la télévision, est mort samedi à l'âge de 90 ans, a-t-on appris dimanche auprès de sa famille.

Membre de la troupe du TNP de Jean Vilar dans les années 1950-60, il avait tourné au cinéma sous la direction de Jean Renoir, Claude Chabrol ou Bertrand Blier, et avait prêté sa voix à de nombreux dessins animés, incarnant notamment Zeus dans «Ulysse 31» ou faisant office de narrateur dans «Les mystérieuses cités d'or».

Né le 13 avril 1922, Jean Topart quitte le TNP dans les années 60 et poursuit sa carrière au cinéma et au théâtre. Il joue également dans plusieurs grandes fictions de la télévision, notamment dans le feuilleton «Rocambole» de Jean-Pierre Decourt (1964-65) et dans «Zola ou la conscience humaine», de Stellio Lorenzi (1978).

Au cinéma, il tourne dans «Poulet au vinaigre» (1985) de Claude Chabrol. En 2000, dans son dernier film, «Les Acteurs» de Bertrand Blier, il incarne un personnage inspiré du cinéaste Jean-Pierre Melville.

De «Rémi sans famille» à «Ulysse 31»

Mais c'est sans conteste sa voix riche, nasale, aux inflexions subtiles que le grand public connaît le mieux. Il l'utilisa notamment dans les dessins animés «Rémi sans famille» (1977), «Lady Oscar» (1979), «Ulysse 31» (1981) où il incarne Zeus, ou encore «Les mystérieuses cités d'or» (1982) dont il commente les documentaires concluant chaque épisode.

Il doubla aussi de nombreux personnages pour le cinéma, comme Bytes dans «Elephant Man» (1980) de David Lynch, le docteur dans «Birdy» de Alan Parker (1984) et Salieri dans «Amadeus» de Milos Forman (1984).