Un tribunal slovène interdit des référendums sur des réformes

Avec Reuters

— 

La Cour constitutionnelle slovène a rejeté mercredi la demande formulée par l'opposition et des syndicats d'organiser des référendums qui pourraient bloquer des réformes économiques destinées à éviter un plan de sauvetage international.

La Slovénie a voté en octobre la création d'une structure de défaisance («bad bank») et une loi de privatisation, toutes deux contestées par le parti de centre gauche Slovénie positive et par un syndicat de l'industrie chimique et du caoutchouc, qui y voient un terrain propice à la corruption. «Le retardement ou le rejet des lois (...) lors de référendums auraient des conséquences qui iraient à l'encontre de la Constitution», a déclaré le tribunal dans un communiqué.

Le rejet de la justice slovène permet l'entrée en vigueur de lois nécessaires, selon le gouvernement, pour lutter contre les difficultés rencontrées par des banques locales, qui détiennent l'équivalent de 19% du PIB de créances douteuses, et pour permettre de privatiser. Le gouvernement avait demandé au tribunal d'interdire la tenue de ces deux référendums ainsi que d'autres réclamés par les syndicats sur les projets de budget 2013 et 2014.