Une enseignante se suicide par pendaison dans sa salle de classe dans l'Aisne

SOCIÉTÉ enseignante de bio-technologie du collège se serait donné la mort dans son collège de l'Aisne entre 12h et 14h...

© 2012 AFP

— 

Photo d'illustration d'élèves dans une classe.
Photo d'illustration d'élèves dans une classe. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Une enseignante d'une cinquantaine d'années a été retrouvée pendue dans sa salle de classe d'un collège lundi à Villeneuve-Saint-Germain, dans l'Aisne, près de Soissons, a-t-on appris de sources concordantes.

Cette enseignante de bio-technologie, célibataire et sans enfants, «s'est suicidée dans sa classe, probablement entre 12h et 14h, puisqu'elle n'a pas assisté à une réunion qui avait lieu à 13h avec ses collègues», a expliqué le rectorat.

Aucune lettre n'a été retrouvée sur les lieux et les élèves du collège Louise-Michel n'étaient pas présents, a indiqué le procureur de la République de Soissons, Jean-Baptiste Bladier.

Découverte par un cadre de l'établissement

«Aucun élève n'a assisté» à la scène, a précisé le rectorat. «Elle a été découverte par un des cadres de l'établissement, qui a tout fait pour que personne ne la voie». Une cellule psychologique a été mise en place et une enquête préliminaire pour recherches des causes de la mort a été ouverte par le parquet de Soissons.

«Absolument aucun élément n'autorise à envisager d'autres explications que celle du suicide», a déclaré le procureur.

Longtemps en arrêt maladie

Selon lui, c'était une personne «excessive, qui a été longtemps en arrêt maladie de ce fait là». Elle avait repris le travail il y a huit jours en mi-temps thérapeutique, «après au moins une année d'absence et semble-t-il après un parcours déjà émaillé de beaucoup d'interruptions de travail pour des motifs comparables», a-t-il précisé.

«Elle n'était que très peu connue dans cet établissement, dans lequel elle était intégrée depuis un an mais où elle n'exerçait que depuis huit jours», a-t-il poursuivi. Le rectorat n'était pas en mesure de dire si les cours avaient été maintenus dans l'après-midi.