Chaque professeur a ses raisons

ENSEIGNEMENT Trois professeurs, du débutant au vétéran, nous expliquent leur métier...

J. K.

— 

Professeur, c'est avant tout un métier humain, assurent les intéressés. 
Professeur, c'est avant tout un métier humain, assurent les intéressés.  — BEBERT BRUNO / SIPA

On ne devient pas professeur par hasard. C'est un choix délibéré, quelle que soit la génération. Pour Marion Thillard, professeur des écoles tout juste titularisée en Seine Maritime, c'était une évidence. «J'ai toujours voulu m'occuper d'enfants. D'abord en petite enfance, puis, après le bac, je me suis dit pourquoi pas des enfants plus grands et leur apprendre des choses, plutôt que seulement les éveiller ou jouer avec.» 

Pour José Batista, professeur de chaudronnerie en Gironde, l'enseignement est un plaisir depuis plus de 15 ans. «Le contact avec les élèves me plait. Je m'éclate avec eux. Il faut essayer de vivre avec l'époque des gens qu'on a en face de soi. Il faut être à l'écoute, les comprendre, comprendre leurs réactions.»

«On est libre de s'organiser»

Professeur, c'est un métier vivant, qu'on apprend au contact des élèves, nous dit Marion. «Il y a la théorie, certes, mais on retient surtout ce qu'on a observé en classe, en stage ou avec notre tuteur. L'impact de voir fonctionner certaines choses n'a pas d'égale.»

Lysiane Brault, professeur agrégée de mathématiques, et dans le même collège de St Cloud depuis 32 ans, met également en avant la liberté du professorat. «C'est un des attraits du métier. Une partie du travail se fait à horaire fixe, mais pour le reste on est libre de s'organiser comme on veut.»

«Sans les parents, on n'arriverait à rien»

José Batista, lui, souligne l'aspect pédagogique du métier. «Je les prépare à un bac pro, mais pas seulement. On essaye d'éclaircir leur horizon même s'ils n'obtiennent pas leur diplôme.» Et quand un élève, mal parti au départ, s'en sort, le professeur a le sentiment du devoir accompli. «Il y a quelques années, j'ai eu un élève qui ne s'exprimait que par la violence. Aujourd'hui, il est chef d'entreprise.» Mais pas question pour lui de tirer la couverture à soi. «C'est gratifiant, évidemment, mais c'est un travail d'équipe. Les professeurs, bien sur, mais surtout les parents. Ce sont les acteurs n°1. Sans eux, on pourra faire ce qu'on veut, on n'arrivera à rien.»

Professeur, c'est donc, avant tout, un métier humain comme le précise Mme Brault. «On tisse des liens, on échange, une confiance s'installe.» Et, parfois, les professeurs ont l'occasion de voir ce que sont devenus leurs anciens élèves. «Il y a trois ans, j'ai pu revoir l’une des mes premières classes. Ils faisaient une réunion d'anciens et voulaient retrouver leurs professeurs. On s'est donc tous revu. C'était formidable.»