Les touristes ne seront pas chassés des coffee shops à Amsterdam

Reuters

— 

Les forces de police d'Amsterdam fermeront les yeux sur les étrangers achetant du cannabis dans leurs fameux «coffee shops» lorsqu'une interdiction nationale entrera en vigueur l'an prochain, a déclaré ce mercredi le maire de la ville néerlandaise.

>> «Quand on allait à Maastricht, c’était pas pour le traité», les souvenirs de touristes français sont à lire par ici

«Il a été décidé que les autorités chargées de l'application du droit à Amsterdam n'auront pas pour priorité de s'assurer (que les consommateurs) soient résidents de la ville», a écrit Eberhard van der Laan dans une lettre au gouvernement.

Cette déclaration met fin à des mois d'incertitude concernant l'application de l'interdiction pour les personnes non résidentes d'acheter du cannabis, loi passée sous le gouvernement de coalition national qui a depuis chuté.

Cette loi avait été très mal accueillie par les autorités amstellodamoises, la ville abritant quelque 200 "coffee shops" sources importantes de revenus. Sur les six à sept millions de touristes qui visitent Amsterdam chaque année, «un sur trois se rend dans un coffee shop», écrit le maire d'Amsterdam. «Notre crainte est que, si nous appliquons l'obligation de résidence, (ces touristes) n'achètent du cannabis dans la rue.»

A compter du 1er janvier, Amsterdam imposera toutefois quelques restrictions sur l'usage du cannabis. Les 'coffee shops' devront par exemple se situer à plus de 250 mètres de tout établissement scolaire.