Athlétisme: Teddy Tamgho «va bien», mais renonce à la saison en salle

© 2012 AFP

— 

Le triple sauteur Teddy Tamgho, opéré en juin d'une excroissance osseuse à une cheville qui l'a privé des jeux Olympiques de Londres, a annoncé lundi renoncer à la saison en salle en dépit d'un excellent état de forme, afin de se concentrer sur la saison estivale et les Mondiaux.
Le triple sauteur Teddy Tamgho, opéré en juin d'une excroissance osseuse à une cheville qui l'a privé des jeux Olympiques de Londres, a annoncé lundi renoncer à la saison en salle en dépit d'un excellent état de forme, afin de se concentrer sur la saison estivale et les Mondiaux. — Eric Feferberg afp.com

Le triple sauteur Teddy Tamgho, opéré en juin d'une excroissance osseuse à une cheville qui l'a privé des jeux Olympiques de Londres, a annoncé lundi renoncer à la saison en salle en dépit d'un excellent état de forme, afin de se concentrer sur la saison estivale et les Mondiaux. «Je vais super bien. Je n'ai plus aucune appréhension», a confié le détenteur du record du monde en salle (17,92 m) lors d'une rencontre avec la presse à l'INSEP.

«Mais en hiver je n'ai plus grand chose à prouver. Je veux faire une grosse préparation, prendre mon temps, ne pas me disperser et risquer d'arriver fatigué aux Championnats du monde de Moscou», a-t-il expliqué Privé de compétition depuis 18 mois en raison d'une fracture à la cheville droite, opérée en juillet 2011, compliquée par une excroissance osseuse pour laquelle il a subi une intervention en juin dernier, il envisage de reprendre la compétition«en mars-» et espère se frotter à Christian Taylor, l'Américain devenu champion du monde et olympique en son absence des sautoirs.

Entre temps, Teddy Tamgho aura comparu devant la justice pour violences, le 12 mars, après le report de son procès prévu d'abord le 13 novembre. Le champion du monde 2010 en salle doit comparaître pour répondre de son rôle dans une altercation qui l'a opposé à une athlète amateur et deux proches de celle-ci lors d'une séance d'entraînement au centre de formation de Boulouris, à Saint-Raphaël (Var), en octobre 2011.

«Si ce tenait qu'à moi, j'aurais aimé que le procès ait lieu, mais mes avocats n'avaient pas eu accès à tout le dossier», a déclaré l'athlète. «J'essaye de ne pas trop y penser et de me concentrer sur le sport», a-t-il ajouté.