Rédaction sur le suicide dans un collège: Le professeur suspendu «à titre conservatoire»

SOCIETE Une enquête administrative va être menée...

Corentin Chauvel

— 

Google Maps de Montmoreau-Saint-Cybard (Charente).
Google Maps de Montmoreau-Saint-Cybard (Charente). — 20minutes.fr

Un thème de rédaction qui a provoqué la stupéfaction. Des élèves de 3e d’un collège de Montmoreau-Saint-Cybard (Charente) ont été amenés, fin octobre, à plancher sur un sujet relatif au suicide, provoquant la colère de certains parents, rapporte ce lundi La Charente Libre. L'enseignant de lettres, lui, a été suspendu à titre conservatoire ce lundi, «le temps que l'enquête administrative soit diligentée», a indiqué le rectorat à l'AFP. 

>> Lire par ici l'interview d'une psychiatre sur le sujet

L’intitulé du sujet parle de lui-même: «Vous venez d'avoir 18 ans. Vous avez décidé d'en finir avec la vie. Votre décision semble irrévocable. Vous décidez dans un dernier élan de livrer les raisons de votre geste. En dressant votre autoportrait, vous décrivez tout le dégoût que vous avez de vous-même. Votre texte retracera quelques événements de votre vie à l'origine de ce sentiment.»

«Quand le prof nous a donné le sujet, ça nous a étonnés»

«Nous sommes révoltés que l'on puisse proposer ce genre de sujet à des enfants qui ont entre 13 et 14 ans», ont écrit plusieurs parents d’élèves au principal du collège ainsi qu’à l’inspection académique. «Quel va être le prochain sujet? "Que ressentez vous lorsque vous vous piquez?" On aimerait comprendre», ont-ils ajouté dans leur courrier cité par La Charente Libre.

Si le fait d’évoquer le sujet du suicide en classe n’est pas remis en cause par les parents, c’est le manque d’encadrement qui les gêne car aucun débat n’a eu lieu avant ou après la rédaction. «Quand le prof nous a donné le sujet, ça nous a étonnés. On lui a posé des questions. Il n'a pas voulu répondre, et nous a dit: "C'est comme ça"», a témoigné l’un des élèves concernés au quotidien.

«J'ai fait comme si c'était une fille mal dans sa peau, très grosse»

La plupart d’entre eux n’ont cependant pas été si choqués que cela, selon La Charente Libre. «J'ai fait comme si c'était une fille mal dans sa peau, très grosse, que tout le monde rejette, même ses parents», a raconté pour sa part Cindy. «Mes parents ont trouvé ça bizarre. Mais ils ont pensé que c'était dans le programme», a-t-elle ajouté.

Certains parents défendent aussi le professeur qui a donné le sujet, louant ses qualités. Ce dernier, âgé d'une trentaine d'années, s’est expliqué lors d’une réunion, organisée il y a quelques jours, donnant satisfaction à l’établissement, mais visiblement pas au rectorat qui l'a ainsi suspendu. Il devait être entendu ce lundi après-midi par le directeur académique, à Angoulême.

Et vous, qu’en pensez-vous? Ce genre de sujet vous choque-t-il pour des collégiens? Donnez-nous votre avis dans les commentaires ci-dessous.