Compte en Suisse: Jérôme Cahuzac se défend en publiant le plan de financement de son appartement

POLITIQUE Le ministre déplore les «insinuations et dénonciations» d’un «inspecteur des impôts à la retraite en délicatesse avec son administration»...

E.O.

— 

Jérôme Cahuzac, le 5 décembre 2012 à l'Assemblée nationale.
Jérôme Cahuzac, le 5 décembre 2012 à l'Assemblée nationale. — Thibault Camus/AP/SIPA

Accusé d’avoir détenu de manière illégale un compte en banque en Suisse jusqu’en 2010, Jérôme Cahuzac se défend à nouveau ce mercredi soir, dans une note de blog.

«Un média en ligne [Médiapart] prétend pouvoir affirmer (…) que cet argent dissimulé sur un compte en Suisse m'aurait permis de financer de manière illicite mon appartement parisien, ou d’alimenter un compte off-shore, j’avoue ne pas avoir bien compris», écrit le ministre du Budget.

«Les accusations de Mediapart n'ont strictement aucun fondement»

«Qu’un inspecteur des impôts à la retraite, en délicatesse avec son administration depuis plus d’une dizaine d’années, ait pu écrire à un moment, des éléments portant insinuations, dénonciations, dont il reconnait lui-même ne pas avoir le début d’une preuve, ne saurait constituer… une preuve», estime Jérôme Cahuzac, faisant référence à Rémy Garnier, un agent du fisc du Sud-Ouest qui a évoqué auprès de Médiapart l’existence d’un compte bancaire ouvert par le ministre.

«J’ai fixé une doctrine claire: n’intervenir dans aucun dossier fiscal et laisser l’administration fiscale, voire la justice, faire son travail en apportant les moyens nécessaires pour appliquer la loi», rappelle Jérôme Cahuzac avant de dévoiler « les éléments montrant que les accusations de Mediapart n'ont strictement aucun fondement».

Plainte au pénal

Le ministre publie ainsi le plan de financement «d’un appartement familial acquis en 1994», en précisant que «l'acte d'achat intégral est en cours d'anonymisation et sera publié d'ici quelques heures». Ce plan indique que le logement, qui a coûté 6.200.000 francs (945.184 euros) a été financé conjointement par un prêt bancaire, le prêt des parents du ministre, le remploi de fonds propre de son épouse, la revente de l’appartement précédent et un apport personnel.

Jérôme Cahuzac indique par ailleurs qu’une plainte au pénal pour diffamation est sur le point d’être déposée contre Médiapart.