Une réforme du congé parental?

FAMILLE Le gouvernement réfléchit à un projet qui garantit une meilleure égalité homme-femme...

William Molinié

— 

Illustration bébé et biberon.
Illustration bébé et biberon. — ALEXANDRE GELEBART / 20 MINUTES

Imposer aux hommes de prendre un congé parental pour garantir une meilleure égalité entre les deux sexes. Le gouvernement est en train de plancher sur une réforme du complément de libre choix d'activité, plus court et mieux payé.

«Une idée intéressante», pour Bertinotti

Aujourd'hui, la prestation versée par la Sécurité sociale aux parents qui arrêtent de travailler atteint au maximum 566 euros par mois, dans la limite de trois ans. «On étudie plusieurs scénarios», précise-t-on dans l'entourage de Najat Vallaud-Belkacem, la ministre des Droits des femmes. Parmi eux, le plus «crédible» serait celui d'un congé parental ramené à un an maximum et rémunéré entre 50 et 60% du salaire brut, plafonné entre 1.500 euros et 1.800 euros, selon Les Echos. «C'est une idée intéressante. Mais il ne faut pas que ça se fasse au détriment de la construction de places en crèche. Sur la faisabilité, j'attends de voir les analyses détaillées», nuance Dominique Bertinotti, ministre déléguée à la Famille, contactée par 20 Minutes.

Le gouvernement compte notamment imposer le partage du congé parental pour parvenir à l'équilibre. Ainsi, le père et la mère devront s'arrêter au minimum chacun trois mois pour bénéficier de la prestation. «Ceux qui ne jouent pas le jeu de l'égalité seront pénalisés. Nous l'assumons», justifie un proche de la ministre des Droits des femmes. L'autre enjeu, c'est la construction de crèches. «Nous avons demandé à la ministre déléguée à la Famille d'être plus ambitieuse encore sur l'accueil de la petite enfance», poursuit cette source.

La réforme du congé parental sera intégrée au «projet de loi sur les droits des femmes», qui sera débattu à l'Assemblée à partir de mars et avant juin 2013. Un premier bilan de travail sera présenté aux organisations sociales le 19 décembre.