Une « violation des droits » aux baumettes

Vincent Vantighem

— 

La prison des Baumettes à Marseille, le 25 avril.
La prison des Baumettes à Marseille, le 25 avril. — P. MAGNIEN / 20 MINUTES

Le rapport devait être rendu public dans six mois. Mais, vu la situation, le contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL), Jean-Marie Delarue, publiera dès jeudi des « recommandations d'urgence » concernant le centre de détention des Baumettes (Marseille). Après avoir envoyé une vingtaine d'experts dans la prison du 8 au 19 octobre, « les constats tirés font apparaître sans aucun doute une violation grave des droits fondamentaux », indique le communiqué du CGLPL, diffusé lundi.
La procédure n'est pas anodine. En quatre ans, c'est seulement la deuxième fois que le contrôleur utilise cette voie d'urgence. La première, c'était pour dénoncer les conditions de vie des détenus de Nouméa (Nouvelle-Calédonie). « C'est une bonne surprise, réagit Gérard Migliorini, délégué FO-Pénitentiaire et surveillant depuis douze ans aux Baumettes. Cela signifie qu'il faut prendre des mesures d'urgence pour la prison. »

1 745 détenus, 1 262 places
Au dernier comptage publié en novembre par l'administration pénitentiaire, la maison d'arrêt affichait un taux d'occupation de 138,3 %, comptant 1 745 détenus pour 1 262 places. « Le domaine des Baumettes date des années 1930, poursuit Gérard Migliorini. Il a mal vieilli. Des canalisations d'eau ont explosé dans les coursives. Les rats ont proliféré. Cela devient compliqué et dangereux de travailler dans ces conditions. » Publié au Journal officiel jeudi, le rapport du contrôleur devrait faire plusieurs recommandations. Contactées par 20 Minutes, ni l'administration pénitentiaire ni la Chancellerie n'ont souhaité s'exprimer. Les syndicats, eux, ont lancé un appel à la grève pour vendredi.

Surveillants

Lundi à 12 h, 25 659 personnes avaient déposé un dossier pour passer le concours de surveillant pénitentiaire. Lors du précédent concours, ils étaient 22 898. Le salaire de base est de 1 477 € net par mois.