Tête-à-tête entre Copé et Fillon

FAUSTINE vINCENT (Avec Agences)

— 

Jean-François Copé, dimanche.
Jean-François Copé, dimanche. — POL EMILE / SIPA

François Fillon et Jean-François Copé se sont rencontrés en tête à tête deux fois lundi pour tenter de trouver un compromis sur les modalités d'un nouveau vote pour la présidence de l'UMP. Partisans de l'ancien Premier ministre et du président proclamé de l'UMP se veulent optimistes sur les chances de succès de cette négociation de la dernière chance, à la veille de l'officialisation annoncée du « Rassemblement-UMP » (« R-UMP », 72 membres), le groupe dissident de François Fillon à l'Assemblée nationale.

Scission « mortifère »
« Au moins, il y a un progrès. Ils se parlent », a commenté l'ancien ministre Luc Chatel, partisan de Jean-François Copé. Le député filloniste Jérôme Chartier a précisé que « si les conditions le nécessitaient », les deux hommes poursuivraient les discussions au-delà de l'ultimatum fixé à mardi par Nicolas Sarkozy, qui n'en ferait pas une date butoir. Cela tombe bien : leurs positions paraissent irréconciliables sur le calendrier requis. Copé, qui se juge légitimement élu pour trois ans, propose de remettre son mandat en jeu après les élections municipales de 2014, alors que l'ex-Premier ministre, qui dénonce des irrégularités, juge cette échéance trop lointaine.