La « lâcheté » des responsables de l'Arche de Zoé

— 

Comme ils l'avaient annoncé, Eric Breteau et Emilie Lelouch ne se sont pas présentés, lundi, à l'ouverture du procès de l'Arche de Zoé. Jugés pour avoir tenté de faire venir en France 103 prétendus orphelins du Darfour en 2007, les deux responsables de l'association ont informé, par fax, le parquet qu'ils n'entendaient ni assister à leur procès, ni se faire représenter. C'est « une grande lâcheté », a estimé la présidente du tribunal, estimant que les autres membres de cette « Arche qui s'est transformée en galère » s'étaient, eux, déplacés.
Jugeant leur présence indispensable, deux avocats des parties civiles ont réclamé à la justice « tous les moyens pour qu'ils soient présents ». Si à l'issue des six journées d'audience prévues, Eric Breteau et Emilie Lelouch étaient jugés coupables et condamnés à de la prison, un mandat d'arrêt pourra être délivré contre eux. Aujourd'hui installé en Afrique du Sud, le couple gère une entreprise touristique et une compagnie de cirque.