Avocate égorgée à Marseille: La piste d'un client éventuel mécontent envisagée par les enquêteurs

FAIT DIVERS La victime a reçu de multiples coups de couteau au niveau de la gorge et du dos...

Avec Sipa

— 

Google map de Marseille réalisée le 22 novembre 2012.
Google map de Marseille réalisée le 22 novembre 2012. — 20minutes.fr

La piste criminelle est privilégiée après la mort d'une avocate marseillaise de 66 ans, Me Raymonde Talbot, retrouvée égorgée vendredi soir dans son cabinet de la rue Saint-Ferréol, une des artères principales du centre-ville de Marseille (Bouches-du-Rhône), a-t-on appris ce samedi de source judiciaire.

Le procureur de la République de Marseille Jacques Dallest a clairement évoqué vendredi soir «un homicide». «Tout le travail de la police judiciaire sera de reconstituer l'emploi du temps de cette avocate, pour savoir qui elle a reçu et ce qui a pu se passer», a déclaré le magistrat.

Des blessures également dans le dos

La victime a été retrouvée dans son cabinet gisant derrière son fauteuil. C'est son associé qui a fait la triste découverte vers 15h30, n'ayant plus de nouvelles d'elle depuis 10h30.

L'examen du médecin légiste a permis d'établir qu'elle portait des blessures en forme de taillades au niveau de la gorge, de la clavicule et dans le dos. La piste d'un éventuel client mécontent qu'elle aurait reçu dans le cadre d'une procédure en recouvrement de créances n'est pas exclue.

L'avocate était spécialisée en droit des personnes, droit commercial et droit immobilier. Elle avait prêté serment en 1981. Des documents ont été saisis vendredi soir en présence du bâtonnier des avocats marseillais, afin de permettre d'orienter utilement l'enquête. Une autopsie doit avoir lieu samedi. Les bandes vidéo des cinq caméras de la rue ont été emportées par les policiers.

Vive émotion chez les avocats

La brigade criminelle de la police judiciaire a été chargée de l'enquête.

«Ce drame est d'autant plus traumatisant que la victime était quelqu'un d'ouvert, qui recevait les gens et qui savait pacifier les relations», a déclaré le bâtonnier de Marseille, Jérôme Gavaudan, qui s'est rendu sur place. Il a dit «l'émotion de tous les avocats de France et pas seulement de ceux du barreau de Marseille».

Une réunion extraordinaire du conseil de l'ordre du barreau s'est tenue vendredi soir à 23h, afin de savoir quelle action de mémoire les 1.850 avocats de Marseille entendent mener. L'arbre de Noël du barreau qui devait réunir samedi environ 700 personnes a en revanche été annulé.